FILE - In this Dec. 22, 2017 file photo, masked members of the Palestinian Al-Quds Brigades, the military wing of the Islamic Jihad group, march with their rifles during a protest against U.S. President Donald Trump's decision to recognize Jerusalem as Israel's capital, in Nusseirat refugee camp, central Gaza Strip. From Lebanon and Syria to Iraq, Yemen, and the Gaza Strip, Iran has significantly expanded its footprint over the past decade, finding and developing powerful allies in conflict-ravaged countries across the Middle East. (AP Photo/Adel Hana, File) AP Photo/Adel Hana, File
Palestinian Islamic Jihad terrorists. (AP Photo/Adel Hana, File)

L’agence de renseignement Shabak (Service général de sécurité) a annoncé la découverte d’un réseau iranien qui tentait de recruter des agents en Israël, en Cisjordanie (Judée-Samarie) et à Gaza, via les réseaux sociaux.

Source: Aurora

Le réseau, qui opérait depuis la Syrie, était dirigé par un syrien présenté sous le pseudonyme “Abu Jihad”. Il tentait de recruter des agents via de faux profils sur Facebook et autres réseaux sociaux, dans le but de développer des activités terroristes et d’organiser des attaques sur des cibles israéliennes civiles et militaires.

Le Shabak a souligné que les tentatives iraniennes n’avaient pas été couronnées de succès. La plupart des civils qui sont entrés en contact n’ont pas coopéré et ont finalement coupé le contact.

Abu Jihad a assigné des tâches de collecte de renseignements sur l’emplacement des bases des Forces de défense israéliennes, des postes de police, des personnalités, des hôpitaux et d’autres cibles potentielles pour de futures attaques iraniennes.

Début avril, une vaste opération de lutte contre le terrorisme a été lancée contre des agents en Israël, en Judée-Samarie, et dans laquelle plusieurs israéliens sont soupçonnés d’avoir été en contact avec des agents iraniens.

Les tentatives de recrutement par les réseaux sociaux sont connues des agences de sécurité israéliennes. Les organisations terroristes Hamas et Hezbollah utilisent fréquemment ces méthodes à leurs fins.

“Tout israélien contacté par un élément terroriste présumé via Internet doit en informer la police israélienne et mettre fin à tout contact avec cette source”, a averti le Shabak à travers un communiqué.