Palestinian children "playing" in Gaza. (AP/Adel Hana) (AP/Adel Hana)

Les manuels scolaires de l’année 2017 financés par l’Union Européenne au profit des élèves palestiniens  « contiennent, sur tous les sujets, des descriptions violentes, des discours de haine – en particulier contre Israël – et des glorifications du djihad et du martyre », a pu constater le Parlement Européen.

Par: l’équipe d’Unis avec Israël

La commission des budgets du Parlement Européen a décidé la semaine dernière de geler l’aide jusqu’ici apportée à l’Autorité Palestinienne (AP) à hauteur de 15 millions d’euros pour lutter contre l’incitation à l’antisémitisme présente à travers ses manuels scolaires, a rapporté le Jerusalem Post.

En effet, ces dernières semaines ont vu naître de nombreuses controverses autour des messages et des images incitatifs contenus dans les manuels financés par l’UE au profit des écoles de l’Autorité Palestinienne.

Le Parlement Européen a été très clairs: les fonds jusqu’ici versés ne seront désormais libérés lorsque l’Autorité Palestinienne « s‘engagera à réformer ses programmes et manuels scolaires afin de les aligner sur les normes de l’UNESCO en matière de paix et de tolérance dans l’éducation scolaire« , a déclaré l’Union Européenne. Un objectif qui semble encore bien loin.

Le projet de loi fera l’objet d’un vote à la fin du mois d’octobre. S’il venait à être adopté par la plénière, l’Union Européenne retiendrait alors 15 440 597 euros jusqu’à ce que l’Autorité Palestinienne ne modifie ses manuels.

«Les manuels publiés par l’Autorité Palestinienne en 2017, qui sont financés par l’UE (…) contiennent, sur tous les sujets, de nombreux exemples de représentations violentes, de discours de haine – en particulier contre Israël – et de glorifications du djihad et du martyre», indique le projet de loi. . « Comme le Parlement l’a déjà souligné dans sa résolution sur la décharge du budget 2016 (paragraphe 272), les programmes d’enseignement et de formation financés par l’Union Européenne devraient refléter des valeurs communes. »

Au mois de juillet dernier, le Gouvernement britannique a lancé une révision du programme d’études de l’Autorité Palestinienne, suite à l’avénement de préoccupations croissantes selon lesquelles les contribuables britanniques financeraient finalement de manière indirecte, par la voie de ces manuels scolaires, l’incitation à la haine et l’antisémitisme dès le plus jeune âge.

Le Royaume-Uni octroie en effet plus de 20 millions de livres sterling (26 millions de dollars) aux écoles palestiniennes.

L’enquête a été motivée par une analyse effectuée par le groupe de l’Institut de surveillance de la paix et de la tolérance culturelle ayant porté sur les manuels scolaires de l’Autorité Palestinienne, concluant que les livres incitaient «les jeunes palestiniens à des actes de violence de manière plus étendue et sophistiquée».

Le système éducatif de l’Autorité Palestinienne empoisonne régulièrement l’esprit des enfants palestiniens, les éduquant à la détestation d’Israël et des israéliens et par le biais de messages incitant au terrorisme. Ils utilisent même des supports culturels tels que des pièces de théâtre à l’école, des événements sportifs et des camps d’été pour atteindre cet objectif odieux.

Conformément à cette politique, l’Autorité Palestinienne a nommé au moins 28 écoles selon des noms de terroristes, et au moins trois autres établissements scolaires portent le nom de collaborateurs nazis. De manière significative, le ministère de l’Éducation de l’Autorité Palestinienne est directement et seul responsable des noms attribués à ces écoles.