(Shutterstock) (Shutterstock)

La tension provoquée par les incessants tirs de roquettes a entraîné une augmentation significative du nombre de naissances dans le sud d’Israël.

Par l’équipe d’Unis avec Israël

La semaine dernière, entre mardi et mercredi, près de deux fois le nombre habituel de bébés sont nés au Centre médical Barzilai d’Ashkelon. Un chiffre accru par les 450 roquettes tirées sur Israël. Ashkelon se trouve à seulement 8 kilomètres de la bande de Gaza et a été frappée par la plupart des missiles tirés.

Alors que le nombre moyen de naissances à l’hôpital Barzilai oscille entre 12 et 14, au cours du lancement intensif de roquettes, l’hôpital a vu naître 21 bébés sur une période de 36 heures. Les naissances ont eu lieu dans l’abri anti-bombes de l’hôpital.

Ilana Polet, infirmière en chef à la maternité, a déclaré que les tensions provoquées par les attaques à la roquette déclenchaient le travail chez les femmes enceintes. Chaque fois qu’une roquette risque d’atterrir près d’une zone résidentielle, une sirène d’alerte rouge retentit, poussant les gens à se mettre à l’abri. Les roquettes incessantes ont poussé ces femmes enceintes à courir vers les abris plusieurs fois par jour.

Revital Kalif, 30 ans, a donné naissance à son deuxième enfant mardi après-midi au sein de l’hôpital Barzilai. Bien qu’habituée aux sirènes, ce fut la première fois qu’elle donna naissance pendant leur sonnerie. Selon le Times of Israel, elle a déclaré: «Ce n’est pas du tout une expérience agréable. J’ai laissé un petit enfant à la maison et une mère amputée, et nous n’avons pas d’abri anti-missiles à la maison. Les gens ont également peur de venir rendre visite à leurs familles, amis et collègues. ”

Une photo de 10 mères souriantes avec leurs nouveaux-nés a été publiée sur Facebook, accompagnée de la légende, “Le poète grec, Dinos Christianopoulos, a déclaré de manière si éloquente:” Ils ont essayé de nous enterrer … mais ils ne se sont pas rendus compte que nous étions des graines … “