La Croix Rouge israélienne, Magen David Adom, a mis en place une unité spéciale afin d’aider les personnes ayant été séparées de leurs familles à cause de la guerre ou de catastrophes naturelles à rechercher des informations, la majeure partie de leurs efforts étant tournée vers la localisation de proches de survivants de la Shoah.

Par: Mara Vigevani/TPS

A la fin de l’été dernier, Nina Fishman, 71 ans, fille de survivants lituaniens de l’Holocauste, a reçu un coup de téléphone inattendu de l’Unité de traçage et de réunification de Magen David Adom.

Ils ont demandé si j’étais de la famille Galvadiskis. C’était le nom de jeune fille de ma mère; lorsque j’ai entendu le nom Galvadiskis, j’ai compris que la famille que j’avais perdue avant même de naître avait fini par me retrouver. Je les avais toujours attendus“, a déclaré Fishman à TPS à l’approche du jour du souvenir de la Shoah.

Contrairement à la grande majorité des juifs lituaniens, les parents de Fishman, Chana et Aharon Lazar, ont survécu à la seconde guerre mondiale et sont retournés dans leur ville d’origine de Siauliai en Lituanie, où ils ont découvert qu’ils ne parvenaient pas à retrouver de membres vivants de leurs familles, hormis deux sœurs de Chana, qui avaient perdu toutes leurs familles. Avant la guerre, trois des frères de Chana s’étaient enfuis du pays vers l’Angleterre, et avaient émigré vers l’Afrique du Sud, mais tous les autres avaient été tués ou avaient disparu. Chana n’avait jamais cessé de parler d’eux et de tenter de les retrouver; en 1966, la famille obtint un visa de sortie de l’Union Soviétique et s’est envolée pour Israël, réduisant encore les chances que la famille se retrouve réunie.

Les trois frères et soeurs d’Aharon ont survécu à la guerre grâce à un employé qui leur a permis de s’enfuir vers la Russie avant que les nazis n’arrivent à Siaulai. Après la guerre, ils émigrèrent vers les Etats-Unis et le Canada. “Nous sommes parfois en contact, mais ce n’est pas un lien très fort” a t-elle expliqué.

Ma mère ne m’a jamais parlé de l’Holocauste, mais je savais que ses frères et sœurs qui étaient partis vers l’Afrique du Sud avaient changé leur nom de famille, de Galvadiskis à Galven“, a déclaré Nina.

Pendant des décennies, les Galven ont été tout juste la branche oubliée d’une famille décimée, jusqu’à ce que Suzanne, la bénévole de Magen David Adom au bout du fil, n’informe Nina du fait que sa cousine Arleen, la fille de l’un de ses oncles sud-africains, la cherchait.

J’essaie toujours de rester dans la retenue, mais lorsque j’ai reçu l’appel, j’ai ressenti une énorme joie à l’intérieur. Enfin une chose dont j’avais toujours rêvé se réalisait”, a t-elle dit.

 

Suite à la découverte, Nina a été invitée en Afrique du Sud par sa cousine, et elles ont passé un mois entier ensemble à observer les photos et documents qu’elles détenaient sur leurs familles.

Arleen veut désormais venir me rendre visite avec son mari, sa fille et ses petits enfants qui vivent à présent aux Etats-Unis. Nous ne savons pas encore quand est-ce que cela arrivera, mais j’espère que ça arrivera“.

Les survivants vieillissent et les chiffres diminuent

Alors que les survivants de la Shoah vieillissent et que les chiffres diminuent, le temps presse pour ceux qui ont perdu contact avec les membres de leurs familles au cours de la Seconde Guerre mondiale pour enfin se retrouver.

En 2008, Magen David Adom, peu de temps après avoir acquis le statut de membre dans la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix Rouge et du Croissant Rouge, a mis en place l’unité de traçage et réunification des familles afin d’aider les personnes ayant été séparées de leurs familles à cause de guerres ou de catastrophes naturelles à chercher des informations. Dans le cas de Magen David Adom, la grande majorité de ceux qui cherchent à localiser leurs proches sont des survivants de la Shoah et leurs familles.

L’unité, qui travaille en coopération avec les associations de la Croix Rouge à travers le monde et le Service de Traçage International recherche également des documents liés à des familles disparues et localise les tombes lorsqu’elles existent.

L’année dernière, Magen David Adom a reçu 200 nouvelles requêtes. Depuis que l’unité a commencé son travail, au total 3531 inscriptions ont été reçues et traitées pour tracer et obtenir des informations. Dans la plupart des cas, les proches se sont vus remettre des documents attestant du sort des membres de leurs familles, et dans six cas des frères et soeurs ont été réunis, parmi lesquels certains ne savaient pas qu’ils avaient des frères et soeurs.

Shulamit Rosenthaler, la directrice du Département de traçage de Magen David Adom, a expliqué que la plupart des questions qu’elle recevait impliquaient des familles de survivants cherchant des informations au sujet de leurs familles.

Du fait de la sensibilité de la réunification de familles, nous faisons tout notre possible pour localiser des informations pour les personnes qui s’inscrivent. En effet, dans la plupart des cas, nous parvenons à localiser des documents et informations sur l’histoire de leur famille au cours de l’Holocauste”, a t-elle dit.

Au vu du succès de l’unité, le Directeur Général de Magen David Adom Eli Bin a déclaré: le département de traçage a réussi à réunir et regrouper plusieurs membres de mêmes familles au fil des années et à recevoir des informations sur beaucoup plus d’autres cas qui nous ont été présentés”.