Saddam Hussein is seen in this file image from television Sunday Dec. 14, 2003 soon after his capture near Tiktit, Iraq. When U.S. leaders decided it was time to despise Hussein, he made the perfect foil. He was cocky and cunning. He looked dangerous and deranged standing at rallies firing a rifle into the air, conduct unbecoming a head of government. (AP Photo/US Military via APTN) AP Photo/US Military via APTN
Saddam Hussein soon after his capture near Tiktit, Iraq. (AP Photo/US Military via APTN)

L’Etat d’Israël a joué un rôle déterminant dans la localisation et la capture de Saddam Hussein, selon un rapport publié lundi.

Par: TPS

Selon un récent rapport du site Web arabe basé à Londres, Rai al-Youm, Israël, ainsi que les États-Unis et un autre pays arabe non nommé ont pris part à l’opération visant à localiser et à capturer l’ancien dictateur irakien Saddam Hussein en 2003.

Peu de temps avant la capture de Saddam Hussein, les forces américaines ont arrêté un confident proche du dictateur Muhammad Ibrahim, qui a été remis au Mossad pour être interrogé sur le sort de Saddam Hussein. La source, un membre de l’opposition jordanienne, qui prétend être au courant de l’opération, a déclaré Ibrahim, est tombé entre les mains du Mossad après qu’un jordanien ait révélé des informations sur lui, et Israël a ainsi pu obtenir des renseignements.

Le rapport affirme également que le Premier ministre israélien de l’époque, le regretté Ariel Sharon, s’est effectivement rendu en Irak après la capture de Saddam Hussein et a été l’un des premiers à l’avoir vu derrière les barreaux.

Ce ne serait pas la première rencontre israélienne avec le “Boucher de Bagdad“, comme était surnommé Saddam Hussein.

En 1992, en réaction à des dizaines de missiles Scud de fabrication soviétique tirés d’Irak sur Israël en représailles à l’opération américaine Desert Storm, l’unité de commando israélien – Sayeret Matkal a commencé son entraînement en vue d’une mission secrète visant à assassiner Hussein, baptisée Opération Bramble. Buisson.

Un plan a été conçu pour tuer Hussein avec un missile lors des funérailles de son oncle, dont les services de renseignements israéliens avaient appris qu’il était en phase terminale. Cependant, l’opération a été abandonnée après un accident d’entraînement qui a entraîné la mort de cinq membres du commandos et en a blessé six autres, du fait d’un missile armé déployé accidentellement lors d’une course à blanc de la mission. Le fiasco a été connu sous le nom de catastrophe de Tze’elim, du nom de la base d’entraînement de Tze’elim où l’accident s’est produit.

En 1998, le Mossad s’est embarqué dans l’opération Bramble Bush II, dans le but de cibler à nouveau Saddam Hussein. L’organisation de renseignements a repéré des endroits en Irak a priori idéaux pour organiser une embuscade et un assassinat, mais les plans ont finalement été abandonnés à la fois à cause de la pression américaine et de l’évaluation israélienne selon laquelle l’assassinat de Saddam Hussein pourrait faire échec aux efforts israéliens pour nouer des liens avec le monde arabe .