Des décorations juives à l'hôtel Bethléem déclenchent la violence, le 10 octobre 2022. (Twitter/Agence Shehab, Capture d'écran) Twitter/Agence Shehab, Capture d'écran

Related:

Le parti Fatah du président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré que l’affichage des symboles religieux juifs constituait un « coup de poignard à Bethléem et une trahison des traditions et des valeurs de la Terre Sainte ».

Par Terri Nir, Unis avec Israël

Des terroristes palestiniens armés de mitrailleuses ont pris pour cible un hôtel de Bethléem lundi, après qu’une vidéo d’une étoile de David et d’une menorah affichée dans l’une des salles de réunion du lieu soit devenue virale sur les réseaux sociaux en langue arabe.

Les hommes armés ont tiré plusieurs balles sur le bâtiment. Personne n’a été blessé.

Le propriétaire de l’hôtel, Elias al-Arja, a déclaré qu’un groupe de 300 touristes chrétiens des Philippines, qui tenaient une conférence sur le site, était responsable de l’exposition.

Al-Arja a affirmé qu’ils avaient introduit les symboles juifs sans son approbation ni à sa connaissance, ajoutant que celui qui avait divulgué les images l’avait fait dans le but de « diffamer » et de « détruire » son entreprise.

« Nous ne permettons pas aux Juifs de venir ici », a assuré Al-Arja au public palestinien dans une interview en arabe. « Nous n’avons jamais organisé de fêtes pour les fêtes juives. L’événement a été organisé par une église des Philippines. »

Le ministère du Tourisme et des Antiquités de l’Autorité palestinienne a déclaré dans un communiqué sur Facebook qu’il avait temporairement fermé l’hôtel et ouvert une enquête sur l’affaire.

Notamment, malgré les affirmations de certains dirigeants palestiniens selon lesquelles leur opposition au sionisme et à l’État d’Israël n’était pas antisémite, l’affichage des symboles juifs a suffi à déclencher une violence potentiellement mortelle de la part des habitants.

D’ailleurs, le parti au pouvoir, le Fatah, du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a déclaré que l’affichage des symboles religieux juifs constituait un « coup de poignard à Bethléem et une trahison des traditions et des valeurs de la Terre Sainte« .

Les médias israéliens ont rapporté que les hommes armés étaient des membres du groupe terroriste de la Brigade des martyrs d’Al-Aqsa.

Un agresseur masqué a déclaré aux journalistes locaux sur place « nous frapperons d’une main de fer toute personne qui organise une réunion de normalisation, que ce soit à Bethléem ou dans toute autre partie de la patrie. La révolution continuera jusqu’à la libération de toutes les terres palestiniennes. »

La « normalisation » à laquelle le tireur semblait faire référence désigne en réalité la présence d’israéliens et de juifs en Judée-Samarie, et l’acceptation de l’existence de l’État juif.

Le tombeau de Rachel, l’une des quatre matriarches bibliques du peuple juif, est située juste à l’extérieur de Bethléem, à moins d’un kilomètre de l’hôtel.