Palestinians wave national flag in Jerusalem on May 15, 2014, to mark the 66th anniversary of the Nakba, or "catastrophe" of the Jewish state's creation. (Photo: Yonatan Sindel/Flash90) Arabs wave Palestinian flag in Jerusalem on Nakba Day on May 15, 2014, mourning creation of State of Israel. (Photo: Yonatan Sindel/Flash90)

La loi proposée interdirait non seulement le drapeau « d’un État ennemi, d’une organisation terroriste ou de l’Autorité palestinienne », mais exclurait les partisans du terrorisme des établissements universitaires et dissoudrait les cellules étudiantes qui soutiennent le terrorisme.

Par TPS

Le parlement israélien a voté mercredi un projet de loi visant à interdire l’affichage des drapeaux palestiniens, ou des drapeaux de toute autre organisation terroriste, sur les campus universitaires israéliens.

Le vote a passé sa première lecture au plénum de la Knesset par un vote de 52 contre 30. Il faudra deux autres votes du plénum pour devenir loi.

La loi proposée interdirait non seulement le drapeau « d’un État ennemi, d’une organisation terroriste ou de l’Autorité palestinienne », mais exclurait les partisans du terrorisme des établissements universitaires et dissoudrait immédiatement les cellules étudiantes qui soutiennent le terrorisme.

Pour une première infraction, un étudiant serait suspendu pour « une période d’au moins 30 jours« . Une deuxième infraction entraînerait le renvoi définitif de l’étudiant de l’établissement. De plus, l’étudiant se verrait refuser le droit d’obtenir un diplôme universitaire en Israël pendant une période de cinq ans.

Le projet de loi note dans sa section explicative que « les institutions universitaires sont devenues l’année dernière une étape centrale de l’incitation dans l’État d’Israël. À Tel-Aviv, Ben Gourion et les universités hébraïques, les étudiants ont organisé des manifestations explicitement en faveur de l’Intifada et, dans certains cas, ont même scandé explicitement des slogans en faveur des terroristes. »

Le projet de loi avait été retardé d’un mois suite à l’opposition des chefs d’université et du bureau du procureur général.

« C’est un projet de loi problématique et dangereux – ils veulent transformer les institutions [d’enseignement supérieur] en une branche du Shin Bet », a déclaré l’Association des directeurs d’université, faisant référence au service de sécurité intérieure d’Israël.

La procureure générale d’Israël, Gali Baharav-Miara, s’est également opposée au projet de loi. Dans une lettre distribuée aux membres du gouvernement, elle a déclaré que le projet de loi soulevait de « vraies difficultés constitutionnelles« , énumérant les atteintes à la liberté d’expression et de manifestation.

Le projet de loi a été soumis par le membre de la Knesset Limor Son Har-Melech du parti Otzma Yehudit en tant qu’amendement à la loi israélienne sur les droits des étudiants de 2007.

« Le projet de loi que j’ai proposé est nécessaire à la lutte contre le terrorisme, et l’opposition de gauche soulève des questions difficiles sur la capacité d’un pays démocratique à se défendre contre un voisin hostile profondément enraciné en son sein », a déclaré Har-Melech dans une déclaration fournie à JNS.

« Malheureusement, nous sommes confrontés à un phénomène très alarmant, dans lequel, sous couvert de liberté d’expression, des cellules de soutien au terrorisme se multiplient au sein des universités et ne s’abstiennent pas d’inciter à la terreur et à la violence depuis les campus eux-mêmes« , a-t-elle ajouté.

Actuellement, la police a le pouvoir de retirer les drapeaux de l’OLP s’ils sont affichés en solidarité avec un groupe terroriste, ou s’il y a une forte probabilité que le fait de laisser le drapeau levé entraînera des troubles publics.

Cependant, arborer le drapeau palestinien en public ne constitue pas en soi une infraction pénale.

À la suite d’un événement sur le campus de l’Université Ben Gourion du Néguev, au cours duquel des étudiants bédouins ont fait flotter des drapeaux de l’OLP lors d’une manifestation pour marquer le « jour de la Nakba », le jour de deuil palestinien sur l’établissement d’Israël en 1948, le président de l’Université Ben Gourion, Daniel Chamovitz, a conseillé à la commission de l’éducation, de la culture et des sports de la Knesset d’adopter une loi si elle souhaitait interdire cette pratique.

Le gouvernement ne pouvait pas s’attendre à ce que les universités interdisent les rassemblements pro-palestiniens, a déclaré Chamovitz, notant que l’agitation de drapeaux palestinienne, bien qu’elle constitue un trouble, n’était pas illégale.

« Le drapeau palestinien menace de nombreux Juifs. je comprends et je ressens cette douleur, mais cela ne veut pas dire qu’il y a de la violence sur le campus », a-t-il ajouté.

« Une fois [les drapeaux] hissés, nous avons compris que c’était légal et qu’aucune mesure ne pouvait être prise pour les retirer. Nous avons agi conformément à la loi et après avis du ministère de la Justice. Si vous pensez que la loi reconnaissant le drapeau palestinien devrait être modifiée, faites-le. Ce n’est pas entre nos mains, même si moi et beaucoup d’autres avons été troublés par cela », a-t-il ajouté.

Selon la conseillère juridique du comité, Nira Lamay Rachlevsky, le simple fait d’agiter le drapeau de l’Autorité Palestinienne ne pourrait pas constituer une infraction en soi puisqu’Israël a un accord diplomatique avec l’AP.

Cependant, lorsqu’il existe une « préoccupation réelle » que le drapeau indique « une identification ou une sympathie » avec une organisation terroriste, ou lorsqu’il y a une forte probabilité que le fait de l’agiter ne conduise à une « grave perturbation » de l’ordre public, la police doit agir, a-t-elle dit.

« À notre connaissance, la jurisprudence n’aborde pas spécifiquement le cas de hisser le drapeau en scandant « Avec le sang et le feu, nous rachèterons la Palestine » », a-t-elle déclaré.

Send Passover Packages to Needy Israeli Soldiers - Bring Them Joy!

We are honored to thank the young men and women of the IDF who risk their lives every day to protect the citizens of Israel. Since October 7th, soldiers have been on the battlefield for months - many are hoping to come home for Passover.

Join us in sending Passover food packages (and personal notes) to Israeli soldiers and their families.

Many soldiers spend the Passover holiday with needy families back home. The soldiers greatly appreciate your love and concern. Bring them Passover joy!

CLICK HERE TO SEND YOUR PACKAGE AND NOTE TO ISRAELI SOLDIERS!

Donate to Israel