(Shutterstock) (Shutterstock)
Israel Brain

Un scientifique israélien travaillant sur un vaccin contre la maladie d’Alzheimer a fait des percées considérables dans le développement de traitements de cette maladie répandue

Par: Abigail Klein Leichman, Israel21c

La maladie d’Alzheimer, qui touche 47 millions de personnes à travers le monde, reste à ce jour une maladie du cerveau irréversible et fatale. En adoptant une approche proactive, un chercheur israélien spécialiste du cerveau est en train de développer un vaccin contre cette maladie dévastatrice.

La plupart des vaccins agissent en renforçant une réponse immunitaire contre un pathogène affaibli afin de renforcer la capacité du système immunitaire à combattre le vrai pathogène. Le vaccin du Professeur Eitan Okun prépare le corps à attaquer les accumulations de béta protéine dans le cerveau, l’un des signes caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.

Les expériences sur micelles menées dans le laboratoire Paul E. Feder d’Okuns à l’Université de Bar Ilan à Ramat Gan se seraient jusqu’ici révélées très prometteuses.

Il s’apprête désormais à envisager des essais humains sur des personnes présentant un risque de développer la maladie à la cinquantaine, ou plus jeunes! celles génétiquement prédisposées à la maladie d’Alzheimer et les personnes présentant le symptome de Down.

« Ces essais critiques détermineront si le vaccin fonctionne effectivement sur des humains« , a déclaré Okun, qui effectue également des recherches sur la raison pour laquelle les personnes présentant le syndrome de Down sont plus aptes à développer celui d’Alzheimer. Les souris utilisées pour ses expériences étaient conçues pour imiter le syndrome de Down.

« En fonction du taux de réussite et des effets secondaires des tests sur humains, nous serons en mesure de savoir combien de temps supplémentaire sera nécessaire pour rendre le vaccin disponible à échelle mondiale. Je suis convaincu que le vaccin est le moyen d’agir sur les maladies neurodégénératives« , a déclairé Okun.

Au-delà de son potentiel vaccin révolutionnaire, Okun cherche des nouveaux moyens de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer plus tôt et plus précisément en utilisant des technologies IRM avancées afin de détecter les signes initiaux d’accumulation de protéines amyloïdes dans le cerveau.

« Mes chercheurs et moi-même avons cherché à construire une protéine qui pourrait infiltrer la circulation sanguine, le faire par la barrière hémato-encéphalique, se lier aux amyloïdes et devenir ainsi visibles par IRM », a t-il déclaré.

« Je recherche toujours de nouveaux angles pour attaquer cette maladie. Je n’ai jamais été plus optimistes sur le fait que la prévention de la maladie serait réalisée« .

Cibles pour une intervention rapide

Okun, 39 ans, a obtenu son master et son doctorat en immunologie à Bar-Ilan et a réalisé un partenariat post-doctoral à l’Institut National de la Santé aux Etats-Unis.

Il est chargé d’enseignement à la fois au Centre de Recherche Multidisciplinaire sur le Cerveau Leslie Susan Gonda (Goldschmeid) et à la faculté de Sciences de la Vie Mina et Everard Goodman à Bar Ilan.

A côté de ses vaccins, il préconise une combinaison d’exercices physiques et de stimulations environnementales qui peuvent aider le cerveau à éviter la maladie d’Alzheimer en augmentant et renforçant les liens de l’épine dendritique, qui modère notre capacité à générer des souvenirs.

« Dans notre laboratoire, nous utilisons des techniques multidisciplinaires pour atteindre deux objectifs: identifier les mécanismes neurologiques associés au déficit cognitif, et, dans le même temps, chercher des signaux qui permettraient aux physiciens d’identifier les patients à risque, afin qu’ils puissent recevoir des traitements préventifs pour démence avant qu’il ne soit trop tard« , a déclaré Okun.

Il étudie également les moyens de mieux prévenir et diagnostiquer d’autres conditions neurologiques, telles que la maladie de Parkinson.

« Actuellement, il n’y a pas de traitement pour les maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer et Parkinson, et la science médicale peut seulement identifier quelques conditions de comportement (à travers les symptômes qui indiquent que le tissu cérébral a déjà été détruit’), a t-il expliqué.

Notre challenge est de trouver les indices dans la biologie moléculaire et la biochimie du cerveau qui indiqueraient qu’il y a un problème, et qui nous donneraient également des cibles pour une intervention médicamenteuse précoce« .

Bien qu’il ait étudié le cerveau pendant plusieurs années, Okun a acquis une perspective personnelle quant à l’importance de la recherche sur la neurodégénération lorsque l’on a diagnostiqué une démence à son père alors qu’il avait la soixantaine.

« Au moment où les changements dans ses fonctions moteur et cognitives sont devenus apparents, le tissu cérébral était déjà perdu. J’ai l’espoir que, en acquérant une compréhension plus complète de ce qui se produit dans nos cerveaux lorsque nous vieillissons, nous seront capables d’aider davantage de personnes à vivre une vie plus pleine et plus saine cognitivement ».