(Shutterstock) (Shutterstock)

Une nouvelle technologie israélienne vise à aider les non-initiés à diagnostiquer les infections depuis leur domicile, à l’aide d’un smartphone jetable qui analyse les échantillons de fluides corporels.

Par: Abigail Klein Leichman, ISRAEL21C.com

Si votre œil suinte et rougit et que vous pensez être infecté, vous devez prendre rendez-vous avec chez médecin et vous soumettre à une analyse de laboratoire avant de pouvoir commencer votre traitement à base d’antibiotiques.

Ariel Livne, physicien devenu biologiste, s’est demandé si tout ce processus pouvait être réalisé depuis la maison en associant des équipements optiques simples à son smartphone pour analyser des échantillons biologiques dans le cas d’une infection oculaire.

Telle est l’origine de la start-up Diagnoz.me de Jérusalem, cofondée par Livne en novembre 2017 avec Tamir Epstein, avec l’aide d’une subvention de l’autorité israélienne de l’innovation.

Notre innovation, c’est que nous permettons au smartphone de détecter les bactéries“, a déclaré Livne à ISRAEL21c. «Une fois que vous détectez des bactéries, vous pouvez effectuer des diagnostics médicaux. Notre technologie transforme un dispositif jetable à faible coût associé à un smartphone ordinaire en un microscope de diagnostic médical haut de gamme. ”

Toujours au stade de la validation de principe, Diagnoz.me vise à permettre aux patients d’effectuer des tests à domicile, de recevoir des résultats de laboratoire en quelques minutes et de les partager instantanément avec son médecin.

«Nous avons montré que notre logiciel d’analyse d’images pouvait détecter des bactéries aussi précisément qu’un microscope de laboratoire haut de gamme coûtant plus de 100 000 dollars», a expliqué Livne.

L’optique additionnelle serait un dispositif à puce jetable vendu en pharmacie à moins de 20 $. Vous devez mettre le liquide biologique approprié sur la puce, que ce soit de l’urine, de la salive ou une larme, «de manière pratique pour que ce ne soit ni dégoûtant ni insalubre. La caméra prend et analyse les images et vous envoie, ainsi qu’à votre médecin, des résultats automatiques.

Télédiagnostic

Diagnoz.me n’est pas la seule société israélienne à être un pionnier dans le secteur du diagnostic à domicile.

TytoCare de Netanya et de New York vend une trousse d’examen à domicile et une application permettant aux utilisateurs d’effectuer des examens médicaux de base guidés par un médecin. Le dispositif comprend des instruments permettant de contrôler les oreilles, la gorge, le cœur et les poumons, la température de la peau et du corps, et transmet ces images et sons au médecin.

Healthy.io de Tel-Aviv, qui a récemment collecté 18 millions de dollars lors d’une ronde de financement, commercialise un kit pour urine basé sur le smartphone et lance un service de test et traitement au Royaume-Uni pour les infections des voies urinaires en collaboration avec la chaîne de pharmacie Boots .

Livne explique que la plupart des développeurs de diagnostics à domicile utilisent la PCR, une technologie qui identifie l’ADN de bactéries spécifiques.

Diagnoz.me utilise une technologie différente, la microscopie à fluorescence, qui existe depuis plus de 100 ans – mais ce n’est que depuis 2017 que les smartphones disposent des spécifications de haut niveau adéquates pour rendre Diagnoz.me possible.

«Le médecin reçoit le même type d’informations que celles qu’il aurait reçues d’un laboratoire, y compris la numération bactérienne, pour déterminer ce dont vous souffrez. Si vous avez besoin d’une ordonnance, vous pouvez également la réclamer par voie électronique », a déclaré Livne.

Les fondateurs ont remporté un prix de 3 millions d’euros lors du sommet dHealth 2018 tenu à Rishon LeZion.

Premier cas d’utilisation

Livne et Epstein ont décidé que le premier cas d’utilisation de Diagnoz.me concernerait les infections vaginales. C’est le problème gynécologique le plus courant, avec plus de 10 millions de visites par an aux États-Unis.

«Nous avons examiné un certain nombre d’infections différentes et les infections vaginales se sont démarquées parce qu’elles sont très courantes, mais malheureusement, la plupart des femmes ne vont pas se faire soigner, c’est tellement désagréable», explique Livne.

«Il est possible que 80% des femmes fassent n’importe quoi pour éviter d’aller chez le gynécologue, alors elles essaient plutôt des remèdes en vente libre et à la maison. Mais elles souffrent et cela réduit leur qualité de vie. Nous pouvons aider ces femmes car le prélèvement de l’échantillon et la réalisation du test sont très simples et se font en privé. »

La technologie peut être adaptée pour détecter chaque type de bactérie concernée, en l’occurrence celle qui cause des infections vaginales.

Diagnoz.me est en train de collecter des fonds de démarrage. Livne estime qu’il faudra environ deux à trois ans pour que le produit arrive sur le marché.

Pendant ce temps, Livne et Epstein recherchent des partenariats stratégiques et poursuivent le développement du produit avec un comité consultatif médical comprenant, entre autres, l’ancien chef du département de la santé des femmes du centre Lin à Haifa et un