Shutterstock Shutterstock

« Nous nous attendons vraiment à ce que cela fonctionne », a déclaré Tal Zaks cette semaine, ajoutant que son entreprise « s’attendait [à] être en mesure de produire un milliard de doses ».

Par Ira Stoll, The Algemeiner

Un ancien médecin de Tsahal, aujourd’hui médecin-en-chef de Moderna, l’une des cinq sociétés pharmaceutiques que le gouvernement américain a identifiées comme finalistes dans la course au vaccin Covid-19, exprime son optimisme quant aux chances qu’un vaccin soit mis sur le marché l’année prochaine.

« Nous nous attendons vraiment à ce que cela fonctionne« , a déclaré le responsable de la société pharmaceutique, Tal Zaks, lors d’un événement vidéo en ligne cette semaine. Il a noté que l’entreprise avait passé un contrat avec un fabricant et qu’en 2021, elle s’attendait «à pouvoir produire un milliard de doses».

Le vaccin de Moderna repose sur une technologie utilisant «l’ARN messager», que Zaks a décrit comme «le logiciel de la vie». Le New York Times a annoncé le 3 juin que Moderna serait l’une des cinq sociétés choisies dans le cadre du projet «Warp speed» de l’administration Trump pour tester et déployer un vaccin qui protégerait contre le nouveau coronavirus. À la mi-mai, la société a annoncé les résultats positifs d’un essai humain sur huit personnes.

L’autorité fédérale de recherche et de développement biomédicaux du gouvernement fédéral aurait accepté de fournir 483 millions de dollars pour soutenir les efforts de développement de vaccins de Moderna.

Moderna a été fondée en 2010 et Zaks l’a rejoint en mars 2015, laissant une entreprise beaucoup plus grande pour une jeune start-up. Il raconte que sa femme lui avait alors demandé: «Que fais-tu?» Il a déclaré avoir expliqué à l’époque que la technologie de l’ARN messager était prometteuse en raison de sa polyvalence: « Si nous pouvons la faire fonctionner, elle pourra fonctionner encore et encore. »

Par exemple, a-t-il dit, l’entreprise teste également sa technologie contre le cytomégalovirus congénital, qui peut entraîner une perte auditive.

En réponse à une question sur le moment où les grands-parents pourront visiter leurs petits-enfants en toute sécurité, Zaks a déclaré qu’il avait prévu de rendre visite à sa mère en Israël pour Pessah, qui a coïncidé avec son 80e anniversaire, mais que la visite avait été déprogrammée du fait de la pandémie.

« Nous nous appelons par skype chaque week-end », a-t-il déclaré.

Zaks a salué «l’éducation de premier ordre qu’il a reçue» à l’Université Ben Gourion du Néguev, mais que l’histoire a réellement «commencé à l’époque où j’étais médecin dans l’armée israélienne».

Quant aux autres compagnies pharmaceutiques en compétition dans le développement d’un vaccin, Zaks a déclaré: « Je n’ai que deux concurrents dans cette course – le virus et l’horloge. »

L’essai de phase trois du vaccin Moderna devrait avoir lieu en juillet, avec des résultats «espérons-le d’ici la fin de l’année».

Quant à la durée de vie d’un vaccin, a déclaré Zaks, « nous nous inquiéterons de la durabilité en 2022. S’il y a problème, nous donnerons un coup de boost. »