Oramed is a prime example of what has become the epitome of science in Israel: determination, vision, and innovative problem-solving. Oramed is a prime example of what has become the epitome of science in Israel: determination, vision, and innovative problem-solving.

Selon une étude israélienne préliminaire menée sur des rongeurs, la consommation de jus de grenade pourrait réduire le risque de naissance prématurée et de lésions cérébrales chez le fœtus.

Les infections et inflammations de l’utérus peuvent entraîner des naissances prématurées et endommager le cerveau des fœtus. Certaines femmes courent un risque particulier de développer une inflammation.

« Des études ont montré que les grenades étaient riches en polyphénols (un type de composés neutralisant les radicaux libres), qui ont des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires qui aident à protéger contre les maladies cardiovasculaires », a déclaré le professeur Ron Beloosesky, directeur de l’unité d’obstétrique et de gynécologie à l’hôpital de Rambam, qui a mené l’étude en coopération avec le Technion Institute of Technology d’Israël.

« Parce que nous savons que certaines causes de lésions cérébrales chez les fœtus sont liées à des processus inflammatoires, nous réalisobs des tests pour savoir si le fait de boire du jus de grenade pourrait aider à prévenir l’infection et l’inflammation chez la mère et réduire le risque de porter atteinte à l’enfant à naître. »

L’étude a été publiée dans l’American Journal of Obstetrics & Gynecology.

La recherche a montré que les propriétés anti-inflammatoires des grenades réduisaient l’inflammation chez les rates et leurs fœtus.

Les rats exposés à des processus inflammatoires après plusieurs jours de consommation de jus de grenade ont continué à présenter des niveaux significativement réduits d’inflammation chez les mères et les fœtus, ainsi que moins de signes de lésions cérébrales chez ces derniers.

Les rats qui n’avaient pas reçu de jus de grenade ne présentaient aucune amélioration de ce type.

Les chercheurs ont déclaré qu’ils prévoyaient d’aller de l’avant avec l’étude, car il n’a pas encore été déterminé si les humains présenteraient les mêmes réactions que les rats.

Source: Iton Gadol