In this Feb. 4, 2014, file photo released by the Syrian official news agency SANA, Palestinian refugees from the Yarmouk Palestinian refugee camp wait to leave. (AP) In this Feb. 4, 2014, file photo released by the Syrian official news agency SANA, Palestinian refugees from the Yarmouk Palestinian refugee camp wait to leave. (AP)

Les journalistes internationaux basés au Moyen-Orient s’intéressent peu aux centaines de milliers de palestiniens au Liban, qui protestent depuis plusieurs décennies contre l’apartheid et les discriminations pratiquées par un pays arabe.

Par: Khaled Abu Toameh, The Gatestone Institute

Les palestiniens semblent enfin se lasser de l’apartheid et des lois discriminatoires auxquelles ils sont soumis au Liban depuis les dernières décennies. Ils semblent en avoir assez de l’apathie qui règne actuellement à l’égard de leur situation au sein de la communauté internationale et des médias. Ils semblent également en avoir assez de l’obsession des médias internationaux vis-à-vis d’Israël et des palestiniens e” Cisjordanie et de la bande de Gaza. Les seuls Ppalestiniens dont les médias internationaux font état sont ceux dont les “problèmes” sont directement liés à Israël.

Depuis un an, des dizaines de journalistes internationaux basés au Moyen-Orient couvrent les manifestations hebdomadaires le long de la frontière entre Gaza et Israël. Cependant, ces journalistes semblent peu se soucier des centaines de milliers de palestiniens au Liban, qui protestent depuis plusieurs décennies maintenant contre l’apartheid et la discrimination pratiqués par un pays arabe. Pour tenter d’attirer l’attention de la communauté internationale sur leurs griefs, les palestiniens du Liban ont lancé une campagne appelée “Hakki” (“ma droite”) pour réclamer l’égalité et la fin de la discrimination.
La campagne a été lancée à l’occasion du 18e anniversaire d’une loi interdisant aux ressortissants non libanais, y compris aux palestiniens, de posséder des biens au Liban.
Les palestiniens affirment que cette loi et des mesures similaires adoptées par le parlement libanais au cours des dernières décennies leur nient les droits fondamentaux et la capacité à vivre dans la dignité. En raison de ces lois, disent-ils, la situation des palestiniens au Liban s’est détériorée à un point tel que 65% d’entre eux vivent au-dessous du seuil de pauvreté.

La véritable crise palestinienne: le Liban

 

“Les crises sociales et humanitaires auxquelles sont confrontés les palestiniens au Liban à cause de ces lois ont eu un impact direct sur d’autres aspects de leur vie, notamment l’éducation et la santé “, font valoir les palestiniens.
En outre, les lois ont provoqué des tensions psychologiques qui se reflètent dans divers aspects de leur vie. Cela nécessite une action immédiate.”
La campagne “Hakki” vise à “affirmer que les demandes des réfugiés palestiniens [au Liban] constituent une action humanitaire.“conformément aux conventions humanitaires auxquelles le gouvernement libanais a adhéré “, ont expliqué les organisateurs de la campagne. La campagne coïncide avec les informations selon lesquelles un nombre croissant de palestiniens ont commencé à quitter le Liban.
En février 2019, le réseau Al-Jazeera, appartenant à un groupe qatari, a annoncé que 1 500 palestiniens avaient quitté le Liban en moins de trois mois. Intitulé “L’Asile silencieux”, le rapport citait des sources palestiniennes qualifiant l’exode des palestiniens de projet américain visant à “liquider le droit de retour” des réfugiés palestiniens et de leurs descendants en Israël.
Le rapport a révélé qu’une agence de voyage située dans la capitale libanaise, Beyrouth, avait obtenu des visas d’entrée pour les palestiniens au Brésil, en Argentine, au Chili, en Ethiopie et au Soudan ainsi qu’en Bolivie. De retour de ces pays, les palestiniens s’arrêtent dans des pays européens où ils déposent des demandes d’asile. Le rapport a également révélé que les autorités libanaises n’empêchaient pas les palestiniens de quitter leur pays.

Billets aller simple pour sortir de l’apartheid arabe

 

Un réfugié palestinien au Liban qui est enregistré auprès de l’UNRWA et qui détient un document de voyage libanais a le droit de quitter le pays à tout moment”, a déclaré le rédacteur en chef Munir Al-Akiki.
“Les autorités libannaises, a-t-il ajouté, ne peuvent empêcher aucun palestinien vivant au Liban de quitter le pays tant qu’il le fait conformément à la loi”.

L’homme derrière la campagne “Hakki”, le journaliste Ahmed Al-Haj, a déclaré que les palestiniens au Liban étaient “privés de leur pouvoir de presque tout, et c’est pourquoi nous avons de nombreuses revendications, notamment le droit de travailler et de posséder des biens.
La campagne que ses amis et lui ont lancée appelle également à l’assouplissement des restrictions sécuritaires imposées aux camps de réfugiés palestiniens, a déclaré Al-Haj. “Cette campagne vise à attirer l’attention des autorités libanaises sur la nécessité de modifier les lois inéquitables à l’égard des palestiniens ” a t-il expliqué.
Hakki a pour but de mettre en lumière les souffrances des palestiniens au Liban et d’expliquer les conséquences dangereuses de ces lois.

Les organisateurs de la campagne “Hakki” affirment que leur objectif est également de gagner le soutien du peuple libanais et des organisations internationales de défense des Droits de l’Homme au sujet du sort des palestiniens au Liban. Dans le cadre de leurs efforts, les organisateurs prévoient également d’organiser des réunions avec des hommes politiques et des personnalités des médias libanais pour obtenir leur appui quant à la modification des lois discriminatoires à l’égard des palestiniens.
Selon un rapport publié par le Département d’État américain: “Les réfugiés palestiniens [en Liban] n’ont pas le droit d’accéder aux services publics de santé et d’éducation ni à la propriété de terres et se voient interdire l’emploi dans de nombreux domaines … Une révision de la législation du travail de 2010 a élargi les droits du travail et supprimé certaines restrictions applicables aux réfugiés palestiniens, mais cette loi n’a pas été pleinement appliquée. et la loi interdit aux Palestiniens d’exercer la plupart des professions qualifiées … La loi considère les réfugiés palestiniens enregistrés auprès de l’UNRWA comme des étrangers et, à plusieurs reprises, ils ont été moins bien traités que les autres ressortissants étrangers. “

La discrimination dans presque tous les aspects de la vie quotidienne

Selon un article de Associated Press: “Les palestiniens au Liban subissent des discriminations dans quasiment tous les domaines de la vie quotidiennes”. Une grande partie de la population vit dans des zones de peuplement reconnues officiellement comme des camps de réfugiés, mais qui seraient mieux décrites comme des ghettos en béton cernés de points de contrôle et, dans certains cas, de murs anti-souffle et de barbelés. . . . Il est interdit aux Palestiniens d’exercer la plupart des professions, de la médecine aux transports. En raison des restrictions imposées à la propriété, le peu de biens dont ils disposent est acheté sous des noms libanais, ce qui les rend vulnérables au détournement de fonds et à l’expropriation.

Les organisateurs de la campagne” Hakki “sont naïfs s’ils pensent qu’après plus de 70 ans de discrimination, le Liban changera soudainement sa politique et ses lois contre les palestiniens. Ils sont naïfs s’ils supposent que les dirigeants arabes, qui ont tenu un autre sommet en Tunisie cette semaine, prêteront attention à la situation des palestiniens au Liban ou dans tout autre pays arabe. Ils sont également naïfs. s’ils croient que les médias internationaux et les organisations de défense des Droits de l’Homme approuveront ce que vivent les palestiniens au Liban. Les Libanais sont heureux de voir les palestiniens quitter le Liban, et la plupart des pays arabes ne se préoccupent pas de l’exode des Ppalestiniens – en Europe, au Brésil et en Argentine, cela ne fait aucune différence pour eux.”

S’exprimant lors du sommet de la Ligue arabe en Tunisie le 31 mars, le président libanais Michel Aoun n’a rien soulevé quant à la discrimination et l’apartheid auxquels sont confrontés les palestiniens dans son pays. Au lieu de cela, il a choisi d’exprimer son inquiétude face à la récente décision américaine de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.
Aoun a également suggéré que la Syrie, où des centaines de milliers de personnes ont été tuées depuis le début de la guerre civile en 2011, entre de nouveau dans la Ligue arabe. L’adhésion de la Syrie a été suspendue en 2011 à cause de la répression brutale des syriens qui protestaient contre le dictateur syrien Bashar Assad. Le silence arabe et occidental face au sort des palestiniens au Liban n’a qu’un effet: aggraver l’agonie palestinienne. Pourtant, le seul mal que les dirigeants arabes et la communauté internationale voient est le mal supposé qu’ils lient à Israël. Ainsi, la violence à la frontière avec Israël parrainée par le Hamas est présentée comme une “manifestation pacifique” alors que les palestiniens au Libansouffrent dans le silence des médias et attendent l’autorisation de vivre dignement dans un pays arabe.

Khaled Abu Toameh, journaliste primé basé à Jérusalem, journaliste à l’Institut Gatestone.