(shutterstock) (shutterstock)

Un groupe d’adolescents juifs américans ont uni leurs forces à celles d’israéliens afin de s’assurer que la nouvelle génération n’oubliera jamais les horreurs de l’holocauste.

Par l’équipe d’Unis avec Israël

Les lauréats du Eitanim Summer Hackathon de cette année, organisé par le Conseil israélo-américain (IAC), du 30 juin au 4 juillet, sont les membres un groupe d’adolescents nommé ConneXt. Leur invention: une application permettant aux utilisateurs de tisser des liens étroits avec des survivants de l’holocauste et d’être sensibilisés à leurs histoires.

Grâce à la technologie d’Intelligence Artificielle (IA), l’application de ConneXt permet aux utilisateurs de choisir le pays et l’âge d’un survivant de l’Holocauste, dont ils peuvent suivre le parcours.

Les utilisateurs peuvent également sélectionner une fonctionnalité de discussion qui permettrait d’envoyer un message à un survivant et de recevoir une réponse générée par l’IA basée sur des histoires individuelles programmées dans l’application, créant ainsi un échange unique entre les adolescents d’aujourd’hui et les survivants.

Cette technologie constitue la garantie que les témoignages sur l’Holocauste seront conservés longtemps après le décès du survivant.

Il existe également un onglet de partage qui permet aux utilisateurs de signer une pétition rendant l’enseignement de l’Holocauste obligatoire partout aux États-Unis. À l’heure actuelle, seuls six États ont rendu obligatoire l’enseignement l’Holocauste.

Le hackathon a été organisé par l’Université américaine juive de Los Angeles, qui a accueilli 170 adolescents américano-juifs, qui ont rejoint les leaders adolescents de Educating for Excellence Israel, une organisation qui renforce la société israélienne en réduisant les disparités socioéconomiques et en créant des chances égales pour les enfants résidant en Israël.

Les participants ont relevé le défi de créer un produit original destiné aux adolescents pour aider à gcontinuer à faire vivre les souvenirs de l’Holocauste.

Selon le dernier sondage réalisé par Schoen Consulting pour la Claims Conference, 66% des personnes interrogées n’avaient jamais entendu parler d’Auschwitz, le plus grand camp de concentration nazi de la Seconde Guerre mondiale. En outre, 66% des répondants de tous âges ne connaissaient pas personnellement un survivant de l’Holocauste.

Parmi les jurés figuraient Dina Porat, historienne en chef de Yad Vashem, qui a également occupé diverses fonctions à l’Université de Tel Aviv, notamment celle de professeur émérite d’histoire moderne juive, de directrice du Centre Kantor pour l’étude du judaïsme européen contemporain et l’étude de l’antisémitisme contemporain et du racisme.

“Avec la hausse de l’antisémitisme, il est crucial de garder en vie les souvenirs et les leçons de l’Holocauste afin de ne jamais oublier ce que notre peuple a enduré”, a déclaré Porat.