De nouveau, une réfugiée syrienne a sollicité et reçu des soins médicaux vitaux en Israël. 

Par: The Tower

Une femme syrienne enceinte s’est trouvée confrontée à une décision impossible – sa propre mort ou la mort de son enfant à naître. Elle a décidé de sauver les deux vies, en franchissant la frontière israélienne en vue d’être traitée au Centre médical Rambam à Haïfa. La décision a porté ses fruits: est rentrée chez elle mardi, avec un bébé en bonne santé, a rapporté jeudi The Jerusalem Post  .

En Syrie, le gynécologue avait pratiqué une échographie et lui avait affirmé qu’une naissance par voie classique serait impossible et qu’une césarienne serait trop risquée, car elle pourrait entraîner sa mort ou celle du bébé. En raison d’accouchements par césarienne antérieurs, le placenta du bébé s’était emmêlé dans les muscles utérins de la mère.

Peu d’options se sont présentées à cette dernière, la première étant de voyager vers le Nord pour se rendre à un hôpital de Damas, qui disposait d’installations plus modernes, la seconde étant de se rendre en Israël. Elle a d’abord choisi d’aller à Damas mais a été bloquée par les lourds combats propres à la guerre civile syrienne.

Faisant face à une situation impossible si elle restait dans son village, la femme a quitté son mari et ses enfants pour aller se faire soigner en Israël.

Quelques jours après son arrivée, elle a été admise à la maternité du centre médical de Rambam à Haïfa, sous la direction du professeur Ido Solt, qui a validé le diagnostic du médecin syrien. Solt, spécialisé dans les grossesses à haut risque, dirige l’unité de médecine maternelle et fœtale du service obstétrique / gynécologie de l’hôpital.

Une césarienne normale aurait été impossible, car vous auriez saigné jusqu’à en mourir“, a déclaré Solt à la mère, “Nous devrons entreprendre un procédé plus compliqué.”

Solt a travaillé avec des médecins de l’unité de chirurgie vasculaire et de transplantation pour planifier une intervention qui n’aurait probablement pas pu être réalisée en Syrie. Deux ballons ont été insérés dans les artères utérines de la mère pour éviter une hémorragie. Ensuite, les obstétriciens ont pratiqué une césarienne, permettant de sortir un nourrisson qui a été transféré dans un incubateur du service de néonatalogie. D’autres médecins ont ensuite suturé l’utérus de la mère sans complications.

Au cours des premiers jours dans la maternité, le bébé a fait face aux infections. Bien qu’extrêmement reconnaissante pour les soins médicaux qu’elle a reçus, la mère a souffert du manque de sa famille restée en Syrie. Elle a expliqué que son mari, dont elle n’avait pas eu de nouvelles depuis son départ pour Israël, ne savait pas du tout si elle survivait à l’opération. Maintenant, mon mari aura une merveilleuse surprise“, a-t-elle affirmé.

Une histoire parmi de nombreuses autres

C’est loin d’être la première fois qu’une mère et un enfant syriens bénéficient d’une aide médicale vitale en Israël.

En novembre dernier, dans le cadre de l’opération Good Neighbor , Tsahal avait équipé une nouvelle maternité de l’autre côté de la frontière syrienne. La clinique est aujourd’hui entièrement composée de professionnels de la santé syriens qui utilisent du matériel fourni par les Israéliens. Plus de 200 femmes enceintes ont jusqu’ici bénéficié de soins médicaux dans la nouvelle clinique , et 30 femmes y ont accouché.

Nous avons pris la décision de ne plus nous contenter nous asseoir sur la clôture et de voir les gens se faire massacrer et souffrir quotidiennement, mais de les aider. Et nous comprenons que cela pourrait changer un peu leur sentiment à propos d’Israël – (comprendre) que nous ne sommes pas Satan “, a déclaré au Jerusalem Post le commandant de Tsahal de l’opération Good Neighbor  .

L’année dernière, plusieurs mères et leurs enfants ont sollicité une assistance médicale auprès l’État juif. Plusieurs enfants souffraient de blessures par obus; l’un d’eux souffrait également d’asthme.

Après avoir atteint l’autre côté de la barrière, ils ont été transportés dans un hôpital israélien pour y être soignés. Une mère a affirmé à un journaliste de télévision: «Tout le monde veut venir ici. Les adultes aussi; pas seulement les enfants.

S’adressant au journaliste de télévision, une autre mère syrienne a déclaré que dans le passé, “Israël était considéré comme l’ennemi … Maintenant que vous nous aidez, la plupart des gens [du côté syrien du Golan] est avec vous. Ils aiment Israël. Ils voient son vrai visage … la réalité.

En outre, au cours des cinq dernières années, environ 4 000 Syriens blessés ont été  soignés dans des hôpitaux israéliens .