(Dominic Lipinski/Pool via AP) (Dominic Lipinski/Pool via AP)
Prince William

« C’est une visite historique, la première du genre », a déclaré Netanyahou au sujet de la future visite du Prince William en Israël, assurant que ce dernier y serait « reçu avec beaucoup d’affection ».

Par: AP et l’équipe d’Unis avec Israël

L’annonce est venue de responsables britanniques jeudi: Le prince William effectuera prochainement la première visite officielle d’un membre de la famille royale britannique en Israël.

Par ailleurs,  les membres du Palais de Kensington ont indiqué que le Prince visiterait également les territoires administrés par l’Autorité Palestinienne (AP) et la Jordanie au cours de son séjour, prévu cet été. Aucune date précise n’a cependant encore été annoncée pour l’instant.

L’épouse de William, la duchesse de Cambridge, qui doit donner naissance à son troisième enfant en avril, ne se joindra a priori pas à lui au cours de cette visite historique.

Les visites de la famille royale britannique à l’étranger suivent un protocole bien particulier, et ne peuvent avoir lieu qu’à l’initiative d’une demande formulée par le Gouvernement britannique. A ce jour, aucun membre de la famille n’a encore effectué de visite officielle sur le sol israélien. Cependant, dans un cadre privé et non officiel, le père de William, le Prince Charles, avait assisté aux funérailles de l’ancien Président israélien Shimon Peres en 2016.

Le Palais a par la même occasion déclaré qu’il s’agirait également de la première visite royale officielle dans les territoires de l’Autorité Palestinienne. A la nuance près que le Duc de Gloucester, cousin de la reine Elizabeth II, avait déjà visité une clinique ophtalmologique de la région en 2007.

Le Palais de Kensington a déclaré que l’initiative de la visite « avait été bien accueillie par les autorités israéliennes, jordaniennes et palestiniennes« .

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a pour sa part déclaré qu’il s’agissait d’une « visite historique, la première en son genre« , avant d’assurer que William, deuxième à pouvoir prétendre au trône britannique, « serait reçu ici avec une grande affection.« 

Le président Reuven Rivlin, chef d’Etat israélien, a déclaré qu’il attendait avec impatience l’arrivée du Prince, qualifié au travers des tweets du Président d’ « invité très spécial, et de cadeau très spécial pour notre 70e anniversaire d’indépendance « .

La symbolique est en effet forte et frappante: le mandat britannique de Palestine a pris fin le 14 mai 1948, permettant ainsi à l’Etat d’Israël de célébrer dans quelques semaines sa soixante-dixième année d’existence.