Secretary of State Mike Pompeo (AP/Mark J. Terrill) (AP/Mark J. Terrill)
Mike Pompeo

Le secrétaire d’Etat américain Pompeo a annoncé lundi que les Etats-Unis ne considéraient plus les communautés israéliennes en Judée-Samarie comme”illégales”.

Par World Israel News et AP

Lundi, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a révoqué un avis rendu en 1978 par le département d’État américain, intitulé Mémorandum Hansell, selon lequel les colonies de peuplement civiles en Judée-Samarie sont “incompatibles avec le droit international”. Une décision qui risque bien d’agacer les palestiniens et opposer les Etats-Unis aux autres nations adoptant une position différente.

Selon un rapport du Jerusalem Post, le bureau juridique du département d’Etat a entrepris un examen du mémo Hansell d’un an et a rencontré des experts en droit international et des représentants de divers gouvernements.

Le département d’État a publié le mémo Hansell en 1978 sous l’administration Carter, mais le président Ronald Reagan a rejeté sa conclusion en 1981.

Le Département d’État a entrepris l’examen du mémo. En décembre 2016, l’administration Obama a facilité l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies de la résolution 2334 en décembre 2016, qui condamnait les communautés juives de Judée-Samarie comme des “violations flagrantes” du droit international et “sans validité juridique“, a rapporté The Post.

Selon Pompeo, l’administration Trump a conclu que le Hansell Memo constituait une distraction et que toute décision judiciaire sur la question pouvait être résolue par les tribunaux israéliens, selon un projet de déclaration de Pompeo obtenu par The Associated Press.

Le fait de désigner l’établissement de colonies de peuplement civiles comme incompatible avec le droit international n’a pas fait avancer la cause de la paix”, a déclaré Pompeo. «La dure vérité, c’est qu’il n’y aura jamais de solution judiciaire au conflit, et les arguments sur l’identité de qui a raison et qui a tort en matière de droit international n’apporteront pas la paix.»

Les politiques américaines antérieures sous l’administration Trump comprenaient la décision de reconnaître Jérusalem comme capitale israélienne, le mouvement de l’ambassade américaine dans cette ville et la fermeture du bureau diplomatique palestinien à Washington.

Selon un rapport publié en 2019 par l’entité américaine Bet El Institutions, liée à l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, le nombre de membres des communautés juives de Judée-Samarie a atteint 449 508 au 1er janvier 2019, en hausse de 3,3% par rapport à 435 159 personnes en un an plus tôt.

Bien que la décision de l’administration Trump soit en grande partie symbolique, elle pourrait également donner un coup de pouce au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, qui se bat pour sa survie politique après avoir été incapable de former un gouvernement de coalition suite aux récentes élections.

En outre, cela pourrait entraîner de nouveaux problèmes pour le plan de paix au Moyen-Orient de l’administration Trump.

La semaine dernière, la Cour Européenne de Justice a jugé que les produits fabriqués dans les communautés juives de Judée-Samarie devaient porter une étiquette spéciale indiquant leur origine.

Pompeo a annoncé que les Etats-Unis ne prenaient pas position sur la légalité de communautés spécifiques et que la nouvelle politique ne s’étendrait pas au-delà de la Judée-Samarie à d’autres conflits territoriaux.

Ce changement est une victoire pour Netanyahou, soutien de longue date des communautés juives de Judée-Samarie, qui avait été fortement soutenu par l’Ambassadeur Friedman. Friedman était une importante source de financement des communautés juives de Judée-Samarie avant de devenir ambassadeur.

Israël a conquis la Judée-Samarie, y compris les parties orientales de Jérusalem, lors de la guerre des Six jours en 1967, conflit au cours duquel quatre États arabes ont attaqué Israël. Israël a vaincu tous les agresseurs arabes dans le conflit.

Après la guerre, Israël a déclaré une «Jérusalem unie», recouvrant l’accès au site le plus sacré du judaïsme, le mont du Temple, y compris la structure du mur occidental.

Israël n’a toujours pas annexé la Judée-Samarie, malgré les centaines de milliers de Juifs qui y habitent.

L’Autorité Palestinienne, qui n’a pas tenu d’élections depuis 2006, affirme que le territoire situé en Judée-Samarie fera partie d’un futur État indépendant.

De nombreux Israéliens affirment que le soutien ouvert de l’Autorité Palestinienne au terrorisme, outre le petit nombre de groupes terroristes palestiniens avec lesquels elle se fait concurrence, tels que le Hamas et le Jihad islamique, fait de la perspective d’un État palestinien autonome aux frontières d’Israël une menace majeure pour la sécurité .