Balkis Makame Haji and her daughter Fatma at Israel’s Wolfson Medical Center. (Gil Naor)
Save a Child’s Heart

Save a Child’s Heart diagnostique, traite et opère gratuitement les enfants de pays en développement souffrant de maladies du cœur mettant leur vie en danger.

Par Naama Barak, ISRAEL21

Fatma, une fillette de un an, pleure dans son lit d’hôpital et pour cause – elle a faim. Elle n’a pas mangé depuis la veille au soir, en prévision de l’opération à cœur ouvert dans laquelle elle va être entraînée à tout moment. Sa mère, Balkis, tente de la calmer. Il y a dix-neuf ans, elle était elle-même dans une situation similaire et attendait dans le même hôpital – le centre médical Wolfson à Holon, en Israël – une opération qui sauverait sa vie en la guérissant d’une maladie cardiaque appelée brevet ductus artériosus.

Mais ni Balkis Makame Haji, 26 ans ni sa fille Fatma ne sont israéliennes. Elles ont fait tout le trajet depuis Zanzibar pour se faire opérer gratuitement avec l’aide de l’association à but non lucratif Save a Child’s Heart.
Fatma, raconte sa mère, semblait aller bien à la naissance, pesant même sept livres. «Mais à l’âge de trois mois, elle a commencé à avoir de fréquentes fièvres, toux et pneumonies. Nous sommes allés à l’hôpital
Une échocardiographie a révélé que la fillette de trois mois souffrait des mêmes problèmes que sa mère avait connus dans son enfance. «Beaucoup d’enfants ont ce problème», explique Haji. “C’est dangereux parce qu’ils ne grandissent pas correctement.
À l’époque, Save a Child’s Heart participait à l’une de ses missions à l’étranger, à l’hôpital de Zanzibar, afin de dépister 400 enfants de la région pour des problèmes cardiaques. Après avoir examiné Fatma et réalisé que sa mère était leur ancienne patiente, les médecins du SACH ont décidé de l’emmener en Israël afin qu’elle y subisse une intervention chirurgicale. Elle est le 5 000e enfant à avoir été soignée par cette organisation, qui a déjà soigné des enfants originaires de 60 pays différents.
La mission de cette organisation à Zanzibar n’était pas unique. Fondée en 1995 par le Dr Ami Cohen, immigrant américaine et chirurgien en cardiologie, l’organisation a commencé à fonctionner le centre médical Wolfson, où il travaillait. Tout a commencé quand un cardiologue pédiatrique d’Éthiopie a demandé l’aide de Cohen au sujet de deux enfants qu’il soignait. Ils ont été envoyés en Israël pour y subir une opération chirurgicale, donnant ainsi naissance à la mission de Cohen consistant à aider les pays en développement en matière de cardiologie pédiatrique.

Doctors operating on Fatma at the Wolfson Medical Center. (Gil Naor)

Les médecins opérant Fatma au centre médical Wolfson. (Gil Naor)

À ce jour, l’organisation a traité 5 000 enfants originaires de 60 pays à Wolfson. Elle forme également des médecins de ces pays à l’hôpital et envoie régulièrement des missions médicales dans de nombreux endroits du monde.
Tout cela est effectué par une centaine de médecins et d’infirmières de Wolfson, qui donnent de leur temps et de leur expérience.

Alona Raucher Sternfeld est chef du service de cardiologie pédiatrique pour Wolfson et SACH. Elle explique que l’état de Fatma est causé par le reste d’un vaisseau sanguin fœtal qui aurait dû se fermer peu après la naissance.
«Il y a beaucoup de circulation sanguine dans ce vaisseau et cela provoque une congestion pulmonaire», explique-t-elle, soulignant que les enfants atteints de cet état souffrent de détresse respiratoire, comme les syndromes de pneumonie rencontrés par Fatma: «Tout cet apport calorique est perdu par cet effort respiratoire», note-t-elle. C’est la raison du faible poids actuel de Fatma, de 13 livres, alors qu’elle est bien développée.

Convalescence dans un contexte multinational

Le jour où ISRAEL21c lui a rendu visite à l’hôpital, Fatma a été opérée à cœur ouvert. «L’opération elle-même n’est pas très compliquée», explique Sternfeld. “Cela implique d’ouvrir la poitrine du côté gauche et de corriger le défaut.

«C’est une chirurgie qui sauve des vies. Si le défaut n’est pas réparé, des dommages irréparables seront causés aux poumons », ajoute-t-elle. «Il s’agit de prendre quelqu’un qui, sans les réparations, mourrait ou serait très malade et de le rendre en bonne santé.» «Elle sera en bonne santé, tout comme sa mère est en bonne santé», conclut le médecin.
Fatma et Haji devront rester sur le sol israélien pendant deux à trois mois après l’opération  pour une phase de récupération et d’observation. À cet effet, SACH dispose d’un grand bâtiment à proximité de l’hôpital, pouvant accueillir jusqu’à 60 personnes à tout moment: les enfants, leurs parents, leurs infirmières, ainsi que les médecins stagiaires à l’étranger. «Il peut être très occupé et très bruyant“. déclare en riant Laura Kafif, mère de famille. La maison a un calendrier serré mais amusant, avec trois mots clés prononcés par tous ses habitants multinationaux: kula et kulala (swahili pour «manger» et «dormir»), ainsi que le terme local de balagan («mess»). C’est déjà bien pour un complexe qui héberge actuellement des personnes de Zanzibar, Tanzanie, Kenya, Ghana, Ouganda, Kurdistan, Éthiopie et de l’Autorité Palestinienne. Après le petit déjeuner, Kafif contacte des médecins à l’hôpital à propos d’enfants devant passer des examens ou des traitements. Des volontaires israéliens et étrangers viennent jouer avec les enfants pendant quelques heures, soit dans la maison spacieuse, soit dans son magnifique jardin.

Doctors operating on Fatma at the Wolfson Medical Center. (Gil Naor)

Balkis Makame Haji après l’opération (réussie) à coeur ouvert de sa fille. Photo by Gil Naor

Des mamans de différents pays préparent le déjeuner pour leur groupe de compatriotes. Ceci, note Kafif, garantit que tout le monde mange les aliments qu’ils aiment et réconfortegrandement les enfants loin de chez eux pendant si longtemps. (Les écoliers israéliens, ajoute-t-elle, ne se sont pas révélés être un succès.)

De plus en plus de volontaires viennent jouer dans l’après-midi avec les enfants jusqu’à l’heure du dîner et du coucher. «Nous avons une excellente équipe de bénévoles et ils font différentes choses auxquelles les enfants n’auraient peut-être pas eu accès à la maison », déclare Kafif.
«Certains de nos enfants n’avaient jamais fait de casse-tête. C’est un bon endroit pour rattraper cela parce que c’est amusant. C’est mieux que de rester dans un lit et de ne pas pouvoir bouger. »

C’est particulièrement vrai pour certains enfants plus âgés qui arrivent en Israël sans leurs parents. Cela se produit parce que SACH doit donner la priorité au nombre de personnes qu’elle peut faire venir, et la première préoccupation est de venir en aide à autant d’enfants malades que possible. Les enfants plus âgés sont pris en charge par l’infirmière qui arrive avec chaque délégation, à la fois à l’hôpital et pendant la convalescence. «C’est incroyable à quelle vitesse ils trouvent leurs marques», rassure Kafif.

Le meilleur d’Israël

Les principaux bureaux de l’organisation sont également situés à la maison.

Simon Fisher, directeur exécutif d’origine britannique, explique ici le cœur de la mission de SACH: “Je crois que Save a Child’s Heart représente le meilleur d’Israël “, a-t-il déclaré.
«Au cœur des activités se trouvent des valeurs universelles qui font au moins partie de mon ADN en tant que juif, Israélien et immigré du Royaume-Uni en Israël et ressent le besoin de montrer qui nous sommes.” “Tant qu’il restera un enfant que nous pouvons aider, alors nous aiderons », dit-il des différentes populations traitées par l’organisation apolitique, notant que la nationalité ne fait aucune différence.

Ceci est particulièrement vrai dans le cas des enfants palestiniens, qui bénéficient d’une clinique hebdomadaire spéciale à SACH: «Il est logique d’aider ses voisins», dit-il. “Nous pensons qu’il existe un élément très important d’instauration de la confiance entre israéliens et palestiniens, et ce grâce à la santé.
Même dans les pires moments, des enfants ont dû se faire soigner”, a-t-il ajouté. L’aide aux enfants du monde entier ne se fait jamais aux dépens des enfants israéliens locaux, note Fisher. En fait, un nouveau centre médical pour enfants construit à Wolfson grâce aux efforts de la SACH traitera tous les patients pédiatriques de la grande région de Holon.
Parrainé par les donateurs Sylvan Adams, Morris Kahn, la Fondation Azrieli et la Ted Arison Family Foundation, l’hôpital pour enfants devrait traiter 700 patients de SACH par an. Et au regard du coût impliqué par le transport en avion et le traitement de chaque enfant de 15 000 dollars, l’initiative nécessite environ 10 millions de dollars.

Bien que l’organisation soit non gouvernementale, elle reçoit l’appui du ministère israélien de la Coopération régionale et parfois du ministère des Affaires Etrangères, ainsi que l’Union Européenne et d’autres donateurs privés. L’opération de Fatma, par exemple, a été parrainée par des donateurs canadiens: «En tant que membre de la communauté internationale, Israël fait des dons à l’humanité en soi et, dans de nombreux cas, dirige en tant qu’exemple», déclare Fisher au sujet de SACH. “C’est vraiment basé sur les valeurs de tikkun olam”, a t-il ajouté, concluant que “les enfants sont notre avenir”, c’est certainement le cas de Fatma. “Je veillerai à prendre bien soin de mon enfant“, déclare Haji. «Je veux qu’elle soit médecin, spécialiste en cardiologie. C’était mon rêve et je n’ai pas eu la chance de le réaliser. Je veux m’assurer qu’elle le réalisera.”