shutterstock) (Photo: shutterstock)

Après de nombreuses vérifications, Israël vient d’être admis au sein du GAFI.

Par: l’équipe d’Unis avec Israël

Israël est devenu lundi le 38ème membre à part entière du Groupe d’Action Financière (GAFI) du Fonds Monétaire International, un organisme mondial conçu pour mettre fin au financement du terrorisme.

Le GAFI a annoncé l’entrée en vigueur immédiate de l’adhésion d’Israël, à la suite de la publication de son rapport d’évaluation mutuelle.

Israël est devenu observateur auprès du GAFI en février 2016. Jusque-là, il avait déjà été étroitement associé aux travaux du GAFI en participant au Comité d’experts sur l’évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (MONEYVAL), organisme régional du Conseil de l’Europe apparenté au GAFI, chargé d’évaluer le respect des principales normes internationales en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Le Conseil de l’Europe a déclaré qu’en raison de sa situation géographique, “Israël est confronté à un risque de financement du terrorisme provenant de sources extérieures à Israël particulièrement élevé, tandis que la fraude, les infractions fiscales, le crime organisé, la corruption du secteur public et l’utilisation de la monnaie sont parmi les sources du blanchiment d’argent. Israël a bien identifié et compris ces risques, comme en témoignent ses politiques et ses activités de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

“Israël a démontré sa capacité à identifier, enquêter et interrompre l’activité de financement du terrorisme à un stade précoce en utilisant un large éventail d’instruments et de mécanismes efficaces, ainsi qu’en poursuivant et en condamnant efficacement les personnes impliquées“, a ajouté le Conseil de l’Europe.

Les autorités israéliennes coopèrent avec succès et utilisent les renseignements financiers et d’autres informations pour mener des enquêtes et des poursuites en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme”, tout en coopérant “avec de bons homologues internationaux, étant donné que la plupart des grandes affaires de blanchiment de capitaux ont des liens au niveau national et que le pays est confronté à une menace élevée de financement du terrorisme par l’étranger “, indique le communiqué.

Depuis le début de son mandat d’observateur en février 2016, Israël s’est efforcé de satisfaire les exigences pour devenir membre à part entière du GAFI, ce qui inclut une évaluation mutuelle réussie, ce qui est désormais le cas, a déclaré le GAFI.

Cadre solide de lutte contre le financement du terrorisme par Israël

Le président du GAFI, Marshall Billingslea, a félicité Israël qui est devenu membre du GAFI.

“Israël a fait l’objet d’une évaluation rigoureuse de ses mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Au cours de ce processus exigeant, le pays a démontré son engagement à protéger l’intégrité du système financier“, a-t-il déclaré.

Israël a “mis en place un cadre solide de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme qui donne de bons résultats en identifiant et en répondant aux risques auxquels le pays est confronté“, a-t-il ajouté.

En tant que membre du GAFI, l’expérience et la perspective du pays apporteront une contribution précieuse à notre travail visant à prévenir l’utilisation abusive du système financier“, a-t-il souligné.

Shlomit Wagman-Ratner, responsable du département du financement du terrorisme du ministère israélien de la Justice, a déclaré que rejoindre le GAFI constituait “un objectif stratégique national”, a rapporté Ynet News.

Pour la première fois, l’Etat d’Israël sera en mesure de participer à l’établissement de règles internationales en matière de financement du terrorisme et de blanchiment de capitaux“, a-t-elle souligné.

Ironiquement, l’Iran, premier pays parrainant le terrorisme, a entamé le processus d’adhésion au GAFI.

L’Iran dispose d’un vaste réseau de cellules terroristes travaillant dans le monde entier et apporte depuis longtemps un soutien au groupe terroriste libanais du Hezbollah, ainsi qu’aux groupes terroristes palestiniens tels que le Hamas.

L’acceptation des normes CFT n’empêchera probablement pas l’Iran de continuer à soutenir de tels groupes.

L’Iran a entamé sa démarche après que le GAFI eut menacé de l’inscrire sur sa liste noire s’il ne respectait pas les 10 promesses faites pour adopter et appliquer des lois contre le financement des groupes terroristes.

Le GAFI a donné quatre mois à l’Iran pour se mettre en conformité. Si ce n’était pas le cas, le GAFI pourrait prendre des mesures pour décourager ou empêcher les investissements étrangers en Iran.