(Photo: israelseen.com) (Photo: israelseen.com)

« Les vétérans handicapés de Tsahal… ne sont pas éligibles à la chirurgie plastique si ce n’est pas strictement pour des raisons médicales. Cela a-t-il un sens, alors, qu’une terroriste qui complote pour nous blesser et nous tuer, bénéficie de ce service ? »

Par Pessa’h Benson, Unis avec Israël

Une palestinienne qui a été blessée au visage lors d’un attentat terroriste en 2015 s’est vu refuser une opération de nez financée par l’État par le service pénitentiaire israélien, a rapporté Kan News mardi.

Asra’a Jabas, aujourd’hui âgée de 38 ans, purge une peine de 11 ans pour une tentative d’attentat suicide ratée. Elle a fait exploser un ballon à gaz dans sa voiture à un poste de contrôle de sécurité près de Maale Adumim en octobre 2015, se blessant ainsi que le policier Moshe Hen.

Jabas – qui a été retrouvé avec des notes manuscrites faisant l’éloge du martyre – a été évacué vers Hadassah Ein Kerem pour y être soigné.

Selon Kan, Jabas a demandé à plusieurs reprises un financement de l’État pour refaire son nez. Un appel devant la Cour suprême a incité le service pénitentiaire israélien à réexaminer la demande.

Lorsque Hen et son avocat ont appris l’appel de Jabas, ils ont fait pression sur le ministre de la Sécurité publique Omer Barlev et le service pénitentiaire pour qu’ils n’utilisent pas l’argent de l’État pour financer la chirurgie du nez de Jabas.

La loi israélienne rend tous les prisonniers éligibles à un traitement médical lorsque cela est nécessaire pour leur santé. Cependant, l’État ne couvre pas le coût des traitements esthétiques.

Kan a ajouté que Jabas avait déjà bénéficié de deux opérations pour reconstruire ses paumes.

Hen a déclaré à la station de radio israélienne 103FM qu’il était heureux d’apprendre la nouvelle.

« Les vétérans handicapés de Tsahal – correctement reconnus comme tels par l’État – ne sont pas éligibles à la chirurgie plastique si ce n’est pas strictement pour des raisons médicales. Cela a-t-il un sens, alors, qu’un terroriste qui complote pour nous blesser et nous tuer, reçoive ce service ?« , a-t-il déclaré.

« Il est logique de fournir ce service pour des situations vitales, mais pour une opération esthétique ? »