WikiMedia WikiMedia
Hitler and Mufti of Jerusalem

La “culture palestinienne” entretient le culte des nazis, veillant bien à s’assurer que la prochaine génération grandisse avec ce modèle.

Par l’équipe d’Unis avec Israël

De nombreuses expressions de la sympathie des palestiniens pour les nazis ont été exposées au cours des années, avec, toujours au centre, l’admiration d’Hitler.

Palestinian Media Watch (PMW), un organe de surveillance des médias palestiniens dispose d’une quantité impressionnante de documents sur le sujet, et a ainsi relevé que, dans certains cas, la sympathie pour les nazis était exprimée de façon flagrante, et dans d’autre se révélait plus subliminale.

A titre d’exemple, le représentant officiel du Fatah Tawfik Tirawi a précédemment déclaré au cours d’une interview télévisée que “Hitler n’était pas corrompu moralement. Il osait.” Les propos de Tirawi avaient même choqué le journaliste palestinien qui l’interviewait, qui avait alors entrepris de rapidement changer de sujet.

Le Fatah est le parti de Mahmoud Abbas.

Les écoles palestiniennes honorent les nazis

De la même manière, les palestiniens ont choisi d’attribuer à certaines de leurs écoles le nom de collaborateurs nazis, de la même manière qu’ils ont attribué à d’autres des noms de terroristes tels que Dalal Mughrabi. Une école a été nommée Amin Al-Husseini, du nom d’un collaborateur nazi et criminel de guerre, et deux autres du nom du collaborateur nazi Hassan Salameh.

Amin Al-Husseini était le Grand Mufti de Jérusalem sous le mandat britannique. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il a déménagé à Berlin, où il a collaboré avec les nazis et s’est associé à Hitler. Al-Husseini était en charge d’une division SS musulmane qui a assassiné des milliers de serbes et croates et figurait sur la liste yougoslave des criminels de guerre nazis recherchés. Lorsque les nazis ont proposé de libérer 5000 enfants juifs, Al-Husseini a combattu leur libération, entraînant ainsi les 5000 enfants vers les chambres à gaz.

Hassan Salameh était le leader de gangs arabes dans la région de Lod et de Jaffa dans les années 30 et 40. Il était un fidèle adepte d’Amin Al-Husseini. En 1941, Salameh a été recruté en tant qu’agent nazi, et en 1944 il fut envoyé par les nazis en mission en Palestine sous mandat britannique. Le but était alors de faire démarrer la révolte arabe contre les britanniques et d’empoisonner les sources d’eau de Tel-Aviv. Le projet a été découvert et mis à l’échec par les britanniques. En 1947, Samaleh a été désigné par Al-Husseini Commandant Député de l’armée sainte du djihad qui  a combattu Israël au cours de la guerre d’Indépendance en 1948.

Evidemment, les écoles portent les noms de personnes que le Ministère de l’Education de l’Autorité Palestinienne voit comme des modèles et dont elle souhaite que les élèves les imitent“, a souligné PMW.

Au moins deux écoles ont publié des photos d’Hitler accompagnées de la légende “Hitler disait: j’aurais pu exterminer tous les juifs du monde, mais j’en ai laissé quelques uns pour que vous sachiez pourquoi  je les ai exterminés“.

 

Déformation de l’Histoire

La sympathie des palestiniens à l’égard d’Al-Husseini ne se limite pas au seil Ministère de l’Education palestinien. Une publication sur la page facebook des Forces de Sécurité Nationales de l’Autorité Palestinienne le glorifie de la même façon.

La branche libanaise du Fatah a expliqué dans un article que les vraies victimes de l’Holocauste étaient les palestiniens et que l’ancien Secrétaire britannique des Affaires Etrangères Arthur Balfour était lui-même un antisémite qui “aimait Hitler, voulait se débarrasser des juifs, et les a donc envoyés en Palestine plutôt que de les tuer”.

La Déclaration de Balfour du 2 novembre 1917 était une lettre de Balfour adressée au Baron Rotschild précisant: “Le Gouvernement de Sa Majesté est favorable à la création en Palestine d’un foyer pour le peuple juif”.

En 1922, la Société des Nations avait adopté cette position et rendu le mandat britannique “responsable de mettre en pratique la déclaration”, ce qui a mené au vote des Nations Unies en 1947 et à la création de l’Etat d’Israël en 1948.

La différence entre Hitler et Balfour à ce sujet était que Balfour avait des colonies, parmi lesquelles la Palestine, et y a envoyé les juifs en vue de se débarrasser d’eux. Hitler n’avait pas de colonies, et s’est donc débarrassé d’eux par la voie de l’extermination. Cependant, les vraies victimes de Balfour et Hitler furent les palestiniens et les arabes, et nous en payons encore le prix 100 ans après” a écrit sur son site la branche arabe du Fatah d’Abbas.

L’admiration d’Hitler transmise à la génération suivante

Cette vision positive d’Hitelr est transmise à la jeunesse palestinienne par divers moyens.

Zayzafuna, un magazine palestinien pour enfants fondé par l’Autorité Palestinienne a publié la déclaration d’une jeune fille palestinienne qui présentait Hitler, pas seulement comme un personnage positif, mais également comme une personne à admirer car il avait tué des juifs pour rendre service à l’Humanité toute entière.

La déclaration de la jeune fille faisait également part du rêve de cette dernière de rencontrer quatre figures héroïques et d’avoir une conversation avec chacune d’entre elles. Trois d’entre elles étaient des musulmans renommés, et la quatrième était Hitler.

Vous êtes celui qui a tué les juifs?” dit-elle à Hitler dans son rêve. “Oui, Je les ai tués pour que vous sachiez tous qu’il s’agit d’une nation qui répand la destruction à travers le monde. Et ce que je vous demande, c’est d’être résistants et patients au sujet de la souffrance que la Palestine connaît à cause d’eux”, répond-il.

Bien que répugnante, cette admiration d’une fillette palestinienne pour Hitler n’est pas surprenante, comme le révèle PMW.

Les enfants palestiniens sont endoctrinés afin qu’ils pensent que tuer des juifs et des israéliens constitue un acte héroïque. L’Autorité Palestinienne a nommé des rues, des écoles, des événements sportifs et tant d’autres choses du nom de terroristes palestiniens ayant tué des centaines de civils israéliens.

 

Au cours des événements culturels, éducatifs et sociaux des palestiniens, chaque enfaint palestinien est exposé à une glorification répétée de terroristes ayant tué des juifs”, a déclaré PMW. “Il n’est pas surprenant qu’un enfant palestinien qui a été éduqué de telle manière à voir ceux qui tuent des juifs comme des héros conclue qu’Hitler, celui qui a tué le plus de juifs au cours de l’Histoire, mérite l’admiration”.“

(Sources de PMW)