FILE- In this March 18, 2007 file photo, Palestinian Authority President Mahmoud Abbas, right, and Palestinian Prime Minister Ismail Haniyeh of Hamas, left, speak as they head the first cabinet meeting of the new coalition government at Abbas' office in Gaza City. A last-minute dispute has erupted between Hamas and Fatah over the makeup of the Palestinian unity government meant to end the factions' seven-year political split. Palestinian President Mahmoud Abbas, the leader of Fatah, has announced plans to swear in a government of technocrats backed by both factions on Monday, June 2, 2014.(AP Photo, File) (AP, File)
Mahmoud Abbas, Ismail Haniyeh

“Cette décision constitue un pas de plus vers la justice pour les victimes et leurs familles”, a déclaré l’avocate Nitsana Darshan-Leitner du Centre juridique Shurat Hadin-Israel.

Par World Israel News

Lundi, le tribunal de district de Jérusalem a déclaré que l’Autorité Palestinienne était responsable des dommages civils causés par les attaques terroristes perpétrées au cours de la deuxième Intifada.

La décision historique a été remportée par le Shurat Hadin-Israel Law Center, une organisation basée en Israël qui défend Israël et les juifs par le biais de systèmes juridiques dans le monde entier. Dans ce cas, l’organisation représentait les familles de huit victimes de terrorisme de la deuxième intifada. La décision pourrait forcer l’Autorité Palestinienne à indemniser les familles pour un milliard de shekels (279 millions de dollars) de dommages et intérêts.

Le montant exact à payer n’a pas encore été déterminé, a déclaré un porte-parole de Shurat Hadin à World Israel News. “Nous réclamons un milliard de shekels“, a-t-elle déclaré, ajoutant que la décision devrait être prise d’ici un mois environ.

L’avocate Nitsana Darshan-Leitner, qui dirige Shurat Hadin, a déclaré que la décision du juge était “une victoire historique” pour les victimes du terrorisme palestinien en Israël.

La cour a jugé l’Autorité Palestinienne responsable d’attaques qui ont été effectuées par leurs employés et leurs agents (…), ce qui prouve que l’Intifada était une guerre projetée contre des citoyens israéliens“, a-t-elle déclaré.

La deuxième Intifada (2000-2005) a été une période de violence orchestrée encouragée par l’Autorité Palestinienne, alors dirigée par le chef de l’OLP, Yasser Arafat.

“Yasser Arafat était le grand-père du terrorisme moderne, responsable du meurtre de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants innocents”, a déclaré Darshan-Leitner au tribunal.

«Ce mouvement est un pas de plus vers la justice pour les victimes et leurs familles. Nous ne permettrons pas que le domaine d’Arafat puisse posséder des terres au cœur de Jérusalem tout en évitant de verser des dommages et intérêts à ses victimes. “