Pope Francis. (AP/Andrew Medichini) (AP/Andrew Medichini)

Related:

Les lettres de remerciement et d’appréciation ne sont pas rares dans les départements de neurologie et de neurochirurgie du centre médical Shaare Zedek de Jérusalem, mais ce n’est pas tous les jours que les médecins reçoivent une note de remerciement du Vatican.

Source : Iton Gadol

Eh bien, c’est exactement ce qui s’est passé après que l’équipe d’experts de l’hôpital ait sauvé sœur Małgorzata Szałkowska, une religieuse de Jérusalem-Est qui a dû subir une intervention chirurgicale d’urgence pour retirer une tumeur au cerveau qui l’a presque laissée paralysée.

Szałkowska, qui s’est complètement rétablie depuis l’opération, explique qu’une étrange éruption cutanée est apparue sur son corps il y a deux ans, mais qu’elle n’avait pas pris cela au sérieux à l’époque.

L’éruption a été suivie d’une fièvre inexplicable dans sa main droite qui n’a fait qu’empirer avec le temps. Après presque un an, la capacité de Szałkowska à fonctionner normalement s’est tellement détériorée qu’elle n’a pas pu travailler au monastère ou effectuer des actions simples comme s’habiller.

Cherchant de l’aide pour sa thermorésistance, Szałkowska s’est tournée vers le Dr Adele Misk, neurologue en chef au Shaare Zedek Medical Center. Elle explique que la religieuse est arrivée avec un tremblement grave dans les mains, ce qui soulève des inquiétudes quant à deux conditions possibles nécessitant un traitement urgent : la maladie de Parkinson à un stade avancé ou une tumeur potentiellement mortelle.

Le Dr Misk a ordonné un examen approfondi, y compris un test d’électromyographie (EMG) et une IRM qui a trouvé une tumeur de 4 cm située à côté de la zone du cerveau qui contrôle la fonction motrice et qui aurait pu causer une paralysie complète des extrémités.

Szałkowska a été référée pour une intervention chirurgicale au département de neurochirurgie, où elle a rencontré le directeur du département, le Dr Nevo Margalit. Elle lui a dit qu’elle se sentait complètement paralysée et qu’elle n’avait pas été en mesure d’écrire depuis plus d’un an et que sa mobilité était gravement compromise.

« La religieuse est arrivée avec une tumeur méningée bénigne. Il s’agit généralement d’une tumeur à croissance lente, de sorte que la chirurgie peut être reportée si nécessaire », explique le Dr Margalit.

« Dans ce cas, cependant, la localisation de la tumeur était un défi majeur car elle était située directement dans le cortex moteur. Ce type de chirurgie comporte un risque de faiblesse sévère voire de paralysie permanente. Sa fonction motrice s’est détériorée rapidement et j’ai vu sa main passer de faible à presque paralysée en quelques jours. »

Le jour de l’opération, la patiente a été testé positive au coronavirus. Selon le protocole, les patients atteints de coronavirus ne peuvent pas être opérés tant qu’ils n’ont pas complètement récupéré, en raison du risque d’infection à l’état malade. Après concertation, il a été décidé de procéder immédiatement à l’opération. Quelques semaines après l’opération et parallèlement au traitement de rééducation, la main a retrouvé sa pleine fonction. « Nous sommes heureux d’avoir pris la bonne décision d’opérer malgré le coronavirus et sommes satisfaits des bons résultats. »