Palestinian leader Mahmoud Abbas (AP/Richard Drew) (AP/Richard Drew)
Mahmoud Abbas

Mahmoud Abbas est sur le point de refuser des transferts de taxes effectués en faveur de l’Autorité Palestinienne par Israël à hauteur de 2,2 milliards de dollars en 2019, en réponse à la déduction par Israël de 139,5 millions de dollars que l’Autorité Palestinienne avait prévu d’affecter à la rémunération des terroristes.

Par: l’équipe d’Unis avec Israël et des documents de PMW

Le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncé que son régime refuserait toutes les recettes fiscales transférées par Israël à l’Autorité Palestinienne si Israël déduisait le montant utilisé par celle-ci pour récompenser les terroristes.

L’annonce est arrivée après que le cabinet israélien a annoncé dimanche qu’Israël déduira 139 638 000 dollars cette année des fonds fiscaux qui seraient autrement transférés à l’Autorité palestinienne.

Selon Palestinian Media Watch (PMW), “cette somme ne comprend pas les récompenses financières de l’Autorité Palestinienne en faveur des familles des terroristes décédés, les soi-disant” martyrs “, ni des terroristes blessés. La déduction sera effectuée en 12 tranches mensuelles d’env. 11 636 500 millions de dollars par mois, soit près de 42 millions de shekels par mois. ”

Plus tôt ce mois-ci, Abbas avait assuré que, dans le cas où Israël procéderait effectivement aux déductions annoncées, il refuserait d’accepter le reste des transferts, qui constituent des fonds dont la population palestinienne a désespérément besoin pour que son économie reste viable, a rapporté PMW sur la base de déclarations faites à Al-Hayat. Al-Jadida, le quotidien officiel de l’AP.

Le terrorisme prime sur la prospérité

Les conclusions de PMW sur le sujet ont été claires: “[Cette décision] confirme de manière concluante qu’Abbas et l’Autorité Palestinienne ont pour priorité de récompenser les terroristes et les meurtriers plutôt que de servir au mieux les intérêts de l’ensemble de la population palestinienne. Au lieu d’accepter qu’Israël refuse de transférer 11,6 millions de dollars par mois, destinés à récompenser les terroristes, Abbas préfère punir l’ensemble de la population palestinienne en refusant 174,5 millions de dollars d’impôts, qui profiteraient à tous les palestiniens.

Les impôts collectés par Israël représentant environ 50% du budget de fonctionnement de l’Autorité Palestinienne, le fait de refuser le reste de cette somme après déduction des salaires des terroristes, montre qu’Abbas se contente de priver son peuple de ses besoins essentiels.

Selon PMW, “Abbas a l’intention d’utiliser la tactique consistant à appauvrir la population palestinienne pour faire pression sur Israël afin de lui transférer l’argent qu’il utilise pour la terreur. Deuxièmement, il peut espérer que la communauté internationale fera pression sur Israël pour qu’il ignore son propre droit.” Troisièmement, il peut s’attendre à ce que la communauté internationale subventionne à nouveau l’Autorité Palestinienne. Parallèlement à l’effet de levier financier qu’Abbas espère obtenir, il est également possible qu’il utilise la déduction et la crise qu’il a provoquée pour déclencher une autre vague de terreur “.

Les retenues israéliennes sont requises par une loi votée l’an dernier imposant un gel des paiements à l’Autorité Palestinienne si elle refuse de mettre fin à sa politique de “pay for slay” (“Payer pour Tuer“).

En réponse à la loi, Abbas a déclaré sur la télévision officielle de l’Autorité Palestinienne en octobre: ​​”Depuis 1965, cette affaire est sacrée pour nous. Les martyrs et leurs familles sont sacrés, de même que les blessés et les prisonniers. Nous devons tous payer. S’il ne reste qu’un centime entre nos mains, il leur reviendra à eux et non aux vivants.