The gates of Auschwitz. (Lucky Team Studio/Shutterstock) (Lucky Team Studio/Shutterstock)

Plus de la moitié de la population britannique ignore que six millions de juifs ont été tués pendant l’Holocauste, selon une étude. Les chiffres aux États-Unis sont encore pires.

Par Benjamin Kerstein, The Algemeiner

Une nouvelle enquête a révélé des niveaux inquiétants d’ignorance au sujet de l’Holocauste au Royaume-Uni, indiquant notamment qu’une majorité ignorait pas que six millions de juifs avaient été assassinés.

L’étude de Schoen Cooperman Research, commandée par la Conference on Jewish Material Claims Against Germany (Claims Conference), a révélé que 89 % des répondants britanniques connaissaient l’Holocauste, bien que seulement 75 % comprennent qu’il désigne le génocide des juifs européens.

L’enquête a en outre montré que plus de la moitié (52%) des personnes interrogées ne savaient pas que six millions de juifs avaient été assassinés pendant l’Holocauste. Neuf pour cent pensent que deux millions de juifs ont été tués, tandis que 13 pour cent estiment ce nombre à un million ou moins.

Les résultats les plus récents ont été comparés à des études distinctes de la Claims Conference de quatre autres pays – la France, l’Autriche, le Canada et les États-Unis – qui ont montré des résultats similaires, avec plus de 50 pour cent des participants ignorant le nombre réel de victimes de l’Holocauste.

Parmi les répondants britanniques interrogés, une ignorance de certains détails qui caractérisaient le génocide perpétré par les nazis était également évidente. Le seul camp de concentration que la plupart pouvaient nommer était Auschwitz (63 %), le second, Bergen-Belsen, loin derrière avec 14 %. Trente-deux pour cent ne savaient pas ou ont donné une réponse incorrecte.

Les chiffres étaient pires aux États-Unis, avec 45% des personnes interrogées incapables de nommer un seul camp de concentration ou ghetto.

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, cependant, il y avait une prise de conscience des dangers présentés par des idéologies comme le nazisme. Cinquante-huit pour cent des personnes interrogées aux États-Unis ont déclaré qu’un événement tel que l’Holocauste pourrait se reproduire, et 56 pour cent des homologues britanniques étaient d’accord.

La négation de l’Holocauste était assez faible, avec pas plus de 10 % des personnes interrogées aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Autriche, en France et au Canada qualifiant le génocide de « mythe » ou de « très exagéré ».

Au Royaume-Uni, la connaissance de la réaction du gouvernement britannique à l’Holocauste était faible. Dix-neuf pour cent ont dit, à tort, que la Grande-Bretagne avait pris des mesures pour sauver les juifs une fois qu’elle a eu connaissance de leur meurtre de masse. 15 pour cent ont dit avec précision que le gouvernement n’avait pris aucune mesure immédiate mais s’était engagé à punir les nazis après la guerre. Trente-cinq pour cent n’étaient « pas sûrs ».

Contrairement aux faits historiques, en outre, 67% des personnes interrogées ont déclaré à tort que la Grande-Bretagne avait autorisé tous ou certains réfugiés juifs à entrer en Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il y avait aussi une profonde méconnaissance du « Kindertransport », une opération de sauvetage britannique qui a transféré des milliers d’enfants juifs au Royaume-Uni à la suite des pogroms de la Nuit de Cristal. 76% des personnes interrogées ne savaient pas ou se trompaient sur ce que c’était.

Cependant, est ressorti de l’étude un fort soutien pour l’éducation à l’Holocauste. Quatre-vingt-huit pour cent ont déclaré qu’il était important d’enseigner l’Holocauste afin d’en prévenir un autre, tandis que 83 pour cent ont déclaré que tous les enfants devraient en être informés et 72 pour cent ont déclaré que les écoles britanniques devraient consacrer plus de ressources à ce sujet.

« Nous sommes très inquiets de voir les profondes lacunes dans la connaissance de l’Holocauste dans cette étude et dans les études précédentes, y compris sur les événements liés au Royaume-Uni », a déclaré Gideon Taylor, Président de la Claims Conference.

« Pourtant, il est très puissant de voir l’écrasante majorité des répondants britanniques dire que l’Holocauste devrait être enseigné dans les écoles », a-t-il ajouté. « C’est là que nous devons concentrer notre énergie. »

Greg Schneider, Vice-Président exécutif de la Claims Conference, a déclaré qu’il était « particulièrement décevant de constater que le Kindertransport, un chapitre historique important qui reflète le meilleur de l’humanité et devrait servir de lueur d’espoir dans les moments les plus sombres, était en train d’être oublié. »

« Aujourd’hui plus que jamais, il est essentiel que nous trouvions des moyens nouveaux et innovants de perpétuer la mémoire de l’Holocauste par le biais de l’éducation », a-t-il exhorté.