Gaza resident Mohammed Safi was blinded while tortured by Hamas. Gaza resident Mohammed Safi was blinded while tortured by Hamas.
Mohammed Safi

Le Hamas peut maintenant revendiquer un autre “exploit” dans son djihad contre Israël, en ayant transformé un jeune homme lucide et courageux en un handicapé aveugle.

Par Khaled Abu Toameh, The Gatestone Institute

Mohammed Safi, 27 ans, est la dernière victime du Hamas, mouvement islamiste palestinien qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007.
Alors que les électeurs se rendaient aux urnes pour élire un nouveau Parlement, Safi, originaire de la ville de Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, aurait a perdu la vue alors qu’il était détenu dans une prison du Hamas.
Son crime: participation à des manifestations appelant à la fin de la crise économique dans la bande de Gaza et à la protestation contre de nouvelles taxes imposées par les dirigeants du Hamas.
Les manifestations – organisées sous le slogan “Nous voulons vivre!” – ont constitué les premières manifestations anti-Hamas de ce type depuis de nombreuses années. Des milliers de palestiniens de la bande de Gaza sont descendus dans les rues lors des manifestations et ont appelé à des solutions à leur horrible fiasco économique, notamment la montée du chômage et la flambée du coût de la vie.

Safi faisait partie des alestiniens qui ont décidé qu’ils en avaient assez du régime corrompu du Hamas. Comme la plupart des hommes de son âge, il souhaitait que les dirigeants du Hamas fassent quelque chose pour améliorer leurs conditions de vie. Ils voulaient mettre fin à la répression et à la dictature. Ils voulaient que leurs dirigeants leur offrent de l’espoir au lieu de les envoyer tirer des roquettes sur Israël et manifester violemment à la frontière Gaza-Israël.
Il semble désormais que Safi ne vivra jamais pour voir au sens propre le Hamas démis de ses fonctions. Il ne verra jamais au sens propre une amélioration des conditions de vie et de l’économie dans la bande de Gaza.
Selon la famille de Safi, il est désormais aveugle. Il a perdu la vue, disent-ils, sous la torture alors qu’il était détenu par les forces de sécurité du Hamas pour avoir parlé à des gens rassemblés dans la rue pour protester contre les difficultés économiques.

La plupart des manifestants ont déclaré avoir été brutalement agressés par les forces de sécurité du Hamas. Certains se sont plaints que des membres des forces de sécurité du Hamas leur avaient cassé les bras et les jambes. Même de hauts responsables du Fatah, tels qu’Atef Abu Seif, ont été victimes de la répression violente exercée par le Hamas sur des manifestants pacifiques à la recherche d’un emploi et d’une vie meilleure.
Cependant, le prix à payer par Safi a probablement été le plus élevé. Sa famille affirme qu’il a été arrêté au moins cinq fois pour être interrogé par les forces de sécurité du Hamas, soupçonné d’avoir participé aux manifestations économiques qui ont eu lieu à la mi-mars dans la bande de Gaza.
Son frère, Ahmed, a déclaré que Safi souffrait déjà d’une maladie neurologique à l’un de ses yeux. “Lorsque les services de sécurité [du Hamas] l’ont emmené,” a déclaré Ahmed, “nous leur avons dit qu’il était supposé subir une opération ophtalmologique. Les policiers nous ont ignorés. Ils ne se sont pas souciés de son état de santé. Pendant l’interrogatoire. Safi s’est plaint de ne pas pouvoir voir d’un seul œil. En réponse, l’interrogateur l’a frappé à la tête trois fois par derrière et lui a dit: “C’est pour que tu ne puisses pas voir du tout.” Mon frère est maintenant à l’hôpital après avoir perdu la vue.
Depuis son lit d’hôpital, où les médecins tentent de trouver des moyens de rétablir la vue, Safi a confirmé qu’il avait prévenu son interrogateur de son état de santé, mais en vain. Il a déclaré: “Je n’ai qu’une seule demande de la part de tous ceux qui ont une conscience, de tous ceux qui s’en soucient: je veux retrouver la vue. C’est tout.”

Un groupe de défense des Droits de l’Homme dans la bande de Gaza, appelé le Forum des Journalistes pour les Droits de l’Homme, a déclaré les forces de sécurité du Hamas entièrement responsables de la tragédie et a appelé à une enquête approfondie. Il a également appelé à demander des comptes aux responsables et a qualifié l’incident de “crime humain, moral et national“.
Les amis de Safi et plusieurs jeunes militants de la bande de Gaza réunis près de son lit d’hôpital ont exprimé leur indignation devant la façon dont il a été traité au cours de son incarcération par les forces de sécurité du Hamas.
Comme beaucoup de palestiniens de la bande de Gaza, Mohammed Safi, qui est allongé ici à l’hôpital Shifa, n’a pas d’organisations de médias pour le soutenir“, a déclaré l’un des jeunes militants, Rami Aman. “De nombreux palestiniens et lui n’ont l’appui d’aucune organisation. Mahomet est désormais aveugle à cause des actions des membres des forces de sécurité du Hamas.”

Le cas de Safi rappelle à quel point les palestiniens vivant sous l’Autorité Palestinienne en Cisjordanie et sous le Hamas dans la bande de Gaza continuent de souffrir de la répression, de la corruption et du mauvais gouvernement. L’Autorité Palestinienne et le Hamas ne tolèrent aucune critique. Ils arrêtent des opposants politiques presque tous les jours. Ils les jettent en prison et les soumettent souvent à des tortures physiques et mentales.

Safi a de la chance d’être toujours en vie, mais il est désormais aveugle. Il aurait facilement pu être tué. C’est ce qui arrive aux palestiniens qui osent se lever et dénoncer leurs dirigeants. Cette semaine-là, Israël a tenu sa cinquième élection depuis la dernière “récente” élection palestinienne. La dernière fois que les palestiniens ont organisé des élections, c’était en janvier 2006. Ensuite, ce sont des élections parlementaires qui ont abouti à la victoire du Hamas.
Depuis lors, les dirigeants de l’Autorité Palestinienne et du Hamas se sont affrontés et ont empêché leur peuple de tenir des élections libres et équitables.
Il n’y a pas de place pour la démocratie ou des élections libres sous l’Autorité Palestinienne et le Hamas. Il n’y a de place pour aucune voix réclamant une amélioration des conditions de vie et des opportunités d’emploi.
Safi ne réclamait même pas de nouvelles élections législatives ou présidentielles.
Selon sa famille et ses amis, il n’appartient même pas à un groupe politique. Il a simplement cherché à faire savoir que les palestiniens de la bande de Gaza vivaient sous un régime islamiste brutal qui ne leur offrait que la terreur, dirigé contre Israël et envers eux-mêmes. Il souhaitait que le monde sache que les dirigeants palestiniens détournaient l’émulsion de la rue palestinienne contre Israël.

Safi pu se diriger vers la frontière pour lancer des bombes et des pierres sur des soldats israéliens et lancer des cerfs-volants incendiaires dans le cadre de la “Grande Marche du Retour parrainée par le Hamas “. Il aurait été salué comme un héros par les dirigeants du Hamas.
Mais Safi a simplement choisi de dire la vérité au pouvoir et de placer la misère des palestiniens à Gaza carrément à sa place: aux pieds du Hamas. Il a payé cher pour ce choix. Pendant ce temps, les dirigeants du Hamas peuvent maintenant revendiquer un autre “exploit” dans leur jihad contre Israël: ils ont réussi à transformer un jeune homme lucide et courageux en un aveugle.

Khaled Abu Toameh, journaliste primé basé à Jérusalem, est un boursier en journalisme Shillman à l’Institut Gatestone.